Hard skills - Soft skills : késako ?

Sommaire

    Vous vous y perdez dans le jargon des recruteurs, notamment sur la différence entre les hard skills et les soft skills. Pourtant, plus vous en saisirez les différences, plus vous augmenterez vos chances de recrutement.

    Pour résumer :

    • Les hard skills sont définies comme étant les compétences dures acquises lors du cursus scolaire, de l’expérience professionnelle ou les formations diverses ;
    • Les soft skills sont définies comme étant les compétences douces

    Ce sont ces compétences qui vont déterminer si votre candidature correspond au poste vacant ou à la tâche spécifique. 

    Voyons tout cela en détail ci-après.

    Les skills

    Les hard skills : la base dure 

    Les "hard skills" se définissent comme des compétences mesurables, techniques ou académiques, qui ont été acquises par la personne  durant son parcours qu’il soit scolaire, universitaire ou professionnel et qu’il peut démontrer par l’obtention de diplômes, de certificats, de titres… Ces compétences justifie son aptitude à la réalisation de certaines tâches. Dans le processus de recrutement, ces hard skills font parties des premières compétences auxquelles les recruteurs vont s’intéresser car elles sont indispensable à l’exercice de certains métiers.

    Si vous postulez en tant qu’hôtesse de l’air et que vous ne maîtrisez pas l’anglais, le recruteur repoussera d’office votre CV. Idem si vous souhaitez devenir grutier et que vous ne possédez pas le CACES grue.

    Exemples de hard skills :

    • Détention d’un diplôme, titre, certificat
    • Utilisation d’une langue étrangère
    • Maîtrise d’un logiciel (Photoshop, Excel, comptable...)
    • Maîtrise d’un langage technique (médical, programmation informatique…)
    • Maîtrise d’un domaine (mathématiques, physique, comptabilité, économie…)

    Les soft skills : les compétences intrinsèques

    A la différence des hard skills qui sont mesurables, les “soft skills” font référence aux qualités personnelles d’une personne, à ses valeurs humaines.

    Totalement subjectives, elles sont néanmoins très importantes pour les recruteurs qui en viennent à les faire passer en priorité puisqu’elles indiquent quel type d’employé vous allez être au sein de l’entreprise. 

    Exemples de soft skills :

    • Rigueur au travail
    • Capacité à travailler facilement en équipe
    • Ponctualité
    • Confiance
    • Prise de recul
    • Communication
    • ...

    Les soft skills sont extrêmement nombreux et vous en possédez donc forcément ?.

    Que privilégient les recruteurs ?

    Avec une évolution des métiers en continu et des compétences qui doivent s’y adapter en permanence, les soft skills apparaissent comme des atouts indispensables aux yeux des recruteurs pour s'adapter à ces mutations. Ces qualités émotionnelles leur semblent donc permettre de mieux répondre à l'évolution accélérée des professions et donc d’assurer leur employabilité.

    Mais ce n’est pas tout. Les recruteurs recherchent également des personnes avec lesquelles il sera agréable de travailler et dont les compétences humaines représentent un bon investissement à long terme, puisqu’elles ne deviennent pas obsolètes, contrairement à certaines hard skills.

    Par conséquent, si la majorité des employeurs pensent que hard skills et soft skills sont inséparables, puisque les seconds complètent les premiers, lors d’un recrutement, la différence se fait grâce aux soft skills. 

    D’ailleurs, quand on analyse une offre d’emploi, la plupart du temps, plus de 60% des critères demandés relèvent des soft skills. Si deux candidats à un même poste possèdent des formations et des compétences techniques équivalentes, ce sont ces compétences douces qui feront pencher la balance.

    Les 20 compétences les plus prisées en 2020

    Top 15 des skills


    Publié le 24 Juin 2020
    Envie de
    changer de métier ?
    c'est parti