Faire un bilan de compétences : prémices d’une reconversion réussie

Outil de diagnostic permettant de porter une auto-analyse sur son parcours professionnel, le bilan de compétences est un moyen efficace de préparer une reconversion ou une évolution professionnelle et de s’assurer de ses choix professionnels. Découvrez cet outil en détail.

Bilan de compétences
Sommaire

    Bilan de compétences : définition

    Au cours d’une carrière professionnelle, il peut arriver qu’on ait besoin de faire le point sur ses compétences professionnelles mais aussi sur ses aspirations et sur la façon dont on veut évoluer. Cela est d’autant plus vrai quand on envisage de se reconvertir professionnellement.

    Défini par le code du travail, le bilan de compétences est un outil de développement personnel et un dispositif individuel d’accompagnement qui relève de la formation continue. Il a pour mission de permettre à son bénéficiaire de faire le point sur son parcours et sa personnalité afin de définir un projet professionnel pertinent, que ce soit pour changer de métier, un projet de formation, d’évolution professionnelle ou de recherche d’emploi.

    À travers l’auto-analyse guidée par un consultant expert, le candidat construit un projet d’évolution sur-mesure. Chaque personne étant différente, plusieurs types de bilans sont possibles en faisant un dispositif totalement individualisé, au plus proche des besoins du bénéficiaire.

    Au cours de l’analyse, de nombreux aspects sont étudiés :

    • Les qualités professionnelles de la personne
    • Ses centres d’intérêts
    • Ses soft et hard skills
    • Ses évolutions passées

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le bilan de compétences n’est pas réservé qu’aux professionnels envisageant une reconversion. Il est requis dans de nombreux cas :

    • validation d’acquis,
    • volonté d’évolution,
    • besoin de faire le point.
    • envie de formation.

    N.B. Cette démarche n'est pas à confondre avec le bilan personnel qui a un caractère plutôt introspectif et informel.

    Objectifs d’un bilan de compétences ?

    En analysant toutes vos compétences (qu’elles aient été acquises grâce aux formations que vous avez suivies ou à votre expérience sur le terrain) mais également vos centres d’intérêts ou les qualités inhérentes à votre personnalité, réaliser un bilan de compétence devient un véritable outil d’optimisation de carrière et de développement personnel. 

    Il permet :

    • Déterminer si vous avez pris la bonne direction professionnelle
    • Préparer une reconversion professionnelle potentielle
    • De s’ouvrir à de nouvelles perspectives d’évolution et d’augmentation de salaire
    • De (re)prendre confiance en soi et s’appuyer sur ses forces et ses acquis pour réaliser son nouveau projet
    • D’anticiper un éventuel plan social
    • De booster son employabilité et sa recherche d’emploi
    • De devenir acteur de sa carrière et de se mettre en mouvement

     

    A lire aussi : Pourquoi faire un bilan de compétences ?

     

    Qui peut faire un bilan de compétence ?

    A peu près tout le monde peut réaliser un bilan de compétences car c’est un droit inscrit dans le Code du Travail :

    • Salarié du secteur privé en CDI : il faut 5 ans d’activité professionnelle, dont 1 année dans l’entreprise actuelle.
    • Salarié en CDD : 24 mois d’ancienneté, consécutifs ou non, sont nécessaires, avec un minimum de 4 mois en CDD.
      Intérimaire : 5 ans d’ancienneté avec 2 028 heures pour l’entreprise de travail temporaire concernée par la demande. Ou alors 3 ans dans la même branche, dont 1 an dans votre agence d'intérim actuelle.
    • Fonctionnaire : il faut 10 ans de service minimum et la démarche s’inscrit dans la perspective d’une évolution géographique ou professionnelle.
    • Demandeur d’emploi : un bilan est accessible à partir de 3 ans d’expérience professionnelle. Il concerne les personnes de moins de 55 ans, au chômage depuis plus de 6 mois.
    • Personne de plus de 45 ans : à cet âge, vous accédez automatiquement à votre demande. Une ancienneté de 20 ans à son poste déclenche aussi ce droit.

     

    En règle générale, c’est le salarié qui demande à réaliser un bilan de compétences mais il être initié par l’employeur. Dans ce cas, l’acceptation du salarié est nécessaire (il dispose d’un délai de 10 jours pour prendre sa décision). Les résultats obtenus restent néanmoins confidentiels et exploitables selon le bon vouloir de l’intéressé. En cas de refus de faire le bilan, l’employé ne peut pas être sanctionné. 

    Les entretiens relatifs au bilan de compétences peuvent avoir lieu durant le temps de travail ou en dehors. S’ils se déroulent pendant le temps de travail, une autorisation d’absence de l’employeur est nécessaire.

     

    A lire aussi : A qui s'adresse le Bilan de Compétences ?

     

    Les étapes d'un bilan de compétences

    Processus simple, le bilan de compétences est encadré par le code du travail (art. R.6322-35) et correspond à 24 heures d’entretien répartis sur une durée de trois mois en moyenne. Suivant l’organisme choisi, les durées et services proposés peuvent varier mais la base devra absolument respecter la loi.

    L’organisme agrée organisateur se charge de l’organisation du bilan de compétences et de l’accompagnement du candidat qui aura également un gros travail personnel d’introspection à effectuer en dehors des entretiens.

    Le bilan est divisé en trois phases distinctes.

    Une phase préliminaire 

    L’entretien préalable permet de définir les besoins et les attentes du candidat et  de définir les objectifs de la démarche pour les deux partis. 

    Le client doit confirmer son engagement dans la démarche après avoir pris connaissance des conditions de déroulement du bilan et des méthodes et techniques mises en œuvre.

    Une phase d’investigation ou de tests 

    Grâce à différents tests, le professionnel en charge du dossier va analyser le parcours du candidats, définir ses compétences techniques et personnelles ainsi que son potentiel et son appétence dans différents domaines.

    Une phase de conclusion 

    Cette étape expose les résultats ainsi que des pistes d’évolution dans un document de synthèse. Ces bases servent à mettre en place un projet avec un plan d’action à concrétiser. L’expert remet également un rapport à utiliser dans les futures démarches.

    Parfois, une quatrième phase s’ajoute. Une étape de suivi mais tous les cabinets ne le proposent pas.

    Un bilan complet nécessite entre 5 à 8  entretiens de 2 à 3 heures chacun. Au total, le bilan de compétence est réparti sur plusieurs semaines.

     

    A lire aussi : Les étapes du bilan de compétences en détail ?

     

    Combien coûte un bilan de compétences ?

    Le coût d'un bilan est compris entre 1 000 et 3 000€. Selon votre situation professionnelle, il existe plusieurs dispositifs pour financer un bilan de compétences.

     

    Où se déroule un bilan de compétences ?

    Le bilan de compétences est obligatoirement réalisé par un prestataire extérieur à l’entreprise, qui ne peut organiser en interne le bilan pour ses salariés.

    Elle doit recourir, sauf exception, à un organisme inscrit sur une liste établie par un organisme collecteur et OPCA agréés au titre du congé individuel de formation

     

    Quand faire un bilan de compétence ?

    • Avant une démission
    • Suite à un licenciement
    • Quand on entame une démarche de VAE
    • Quand on souhaite se reconvertir
    • Quand on est sans emploi
    • Dès qu’on en ressent le besoin 

     

    Comment financer votre bilan de compétence ?

    Le bilan de compétences a un coût non négligeable mais ce dispositif encadré peut être financé entièrement ou partiellement selon la situation. 

    Pour les salariés

    Dans le cadre du plan de formation

    Votre entreprise dispose d’un plan de formation et vous en faites partie ? Le bilan de compétences est éligible au Compte personnel de formation (CPF). Que la démarche soit de votre initiative ou de celle de votre employeur, ce dernier prendra en charge les frais liés au bilan de compétences.

    Dans le cadre d'un congé pour bilan de compétences

    Les salariés qui ont obtenu l'accord de leur employeur pour bénéficier d'un bilan de compétences doivent envoyer une demande de prise en charge à l'organisme collecteur correspondant à l'entreprise (celui auquel votre employeur verse la contribution correspondante). En général, c’est le FONGECIF mais il peut s'agir d'un OPCA de branche dans certains cas. Cet organisme est en droit de refuser la demande. 

    Pour les demandeurs d'emploi

    Le financement du bilan de compétences d'un demandeur d'emploi est à la charge de Pôle Emploi. 

    Pour les fonctionnaires et les agents non-titulaires

    Les salariés peuvent demander la prise en charge à leur administration (fonction publique d’Etat et territoriale) et à l’Association nationale pour la formation du personnel hospitalier (ANFH, pour l’hôpital)

    A lire aussi : Les modalités de financement du bilan de compétences

     

    Où se déroule un bilan de compétences ?

    Si la majorité des bilans de compétences se déroule en centre habilité sur plusieurs semaines ou plusieurs mois et comprend des entretiens en face à face et du travail personnel guidé, de plus en plus de professionnels proposent sa réalisation à distance.

    Les séances se déroulent en face à face avec votre conseiller physiquement ou par visio conférence et durent de 1h30 à 2 heures au rythme moyen d’un RDV par semaine.