25 métiers du passé qui ont totalement disparu

Sommaire

Nom de Zeus Marty ! Etes-vous prêt à faire un bon dans le passé et découvrir les carrières auxquelles vous avez échappé ? Insolites, intrigants, fantasques… bien des qualificatifs sont possibles pour ces métiers aujourd’hui disparus. Alors, en voiture. 

1 / Télégraphiste

Télégraphiste

Même si le métier de télégraphiste semble sortie tout droit d’un autre temps (le premier télégraphe date du XVIIIe siècle), le tout dernier télégramme envoyé en France ne date que de 2018 et avec lui s’est arrêté le dernier télégraphiste. Chargés de de prendre les messages et de les traduire en codes qui passaient par câbles, les télégrammes ou encore pneumatiques, étaient envoyés dans les maisons par des facteurs télégraphistes. L’ancêtre de notre internet actuel.

2 / Réveilleur

Réveilleur

A une époque où programmer l’alarme de son réveil ou son téléphone ne prend que 30 secondes, il fut un temps où cette tâche était confié à une personne. Démocratisée en Angleterre à l’époque de la révolution industrielle (on les appelait les knocker-upper), le réveilleur avait pour tâche de tirer du sommeil les travailleurs pour qu’ils ne soient pas en retard à leur travail. Tout était bon pour accomplir cette mission : cailloux, cris, bâtons, sifflets. 

3 / Placeurs de quilles

Placeur de quilles

Vous aimez jouer au bowling ? Vous serez peut-être surpris d'apprendre qu’avant l’automatisation de ces derniers, il fut un temps où il fallait le faire manuellement. Comme on n’allait pas confier cette tâche aux clients, la profession de requilleur fut développée mais avant tout confiée à des adolescents.

4 / Détecteur acoustique d’avion

Détecteur acoustique

En voici un métier original où il ne fallait pas avoir peur du ridicule (on avait des air de Dumbo, non?). Avant l’invention, la course à l’armement de l’entre-deux-guerres a vu se développer des systèmes de détection basés sur le principe du cornet acoustique. 

5 / Poinçonneur

Poinçonneur

Disparu dans les années 70, les poinçonneurs étaient chargés de composter les tickets des voyageurs pour vérifier que tout était en ordre. Depuis, il a été remplacé par le composteur automatique. Pas sûr que ce soit plus efficace côté fraudes.

6 / Rémouleur

Remouleur

Métier répandu jusqu'entre les deux guerres mondiales, a quasiment disparu d'Europe. Se déplaçant avec sa charrette sur laquelle était fixée la meule, le rémouleur pratiquait l'affûtage des ustensiles coupants et tranchants des ménagers, jardiniers, voire agriculteurs, ou encore des commerçants tels que les bouchers. Victime du progrès et de la société de consommation, il ne restaient plus que 5 rémouleurs à Paris en 2017.

7 / Allumeur de réverbères

Allumeur de lampadaires

Appelé également falotiers, l’allumeur de réverbères était un métier nécessaire jusqu’à la moitié du XIXème siècle, quand les lampes à l’huile ont été remplacées par celles à gaz, qui pouvaient alors être allumées automatiquement puis ont disparu totalement avec l’arrivée de l’électricité. Comme son nom l’indique, sa mission consistait à allumer chaque jour les réverbères et ainsi éclairer les rues.  

8 / Rhabilleur de meules

rhabilleur de meules

Il fut un temps où les moulins à vent fonctionnaient nuit et jour. Les meules se polissaient vite et leur mordant s'émoussaient. Le rhabilleur de meules étaient donc chargés de les remettre dans le meilleur état possible en les retaillant afin de les rendre plus efficaces. L’objectif était d’obtenir un rendement maximum. De ce travail dépendait la qualité de la farine.

9 / Demoiselle du téléphone

standardiste

Egalement appelée standardiste, ces femmes était chargé établir les communications entre usagers dans les premières décennies de la téléphonie grâce à un commutateur téléphonique manuel. Certes, le métier de standardiste existe toujours mais la profession a tout de même fortement évolué, non ?

10 / Laitier

laitier

Combien de fois cette image du laitier déposant ce précieux breuvage nous a fait sourire dans les films. Et combien de fois s’est-on dit pourquoi n’existe-t-il plus ? Tout simplement, la profession a disparu avec les nouvelles techniques de réfrigération. En effet, auparavant, le lait devait être consommé quelques heures après la traite. Le métier de laitier était donc très pratique.

11 / Blanchisseuse

blanchisseuse

La blanchisseuse ou « lavandière » avait pour charge de laver les vêtements à la main au battoir, en lavoir ou dans un cours d’eau. Heureusement, nos machines à laver ont pris la relève depuis bien longtemps et ont ainsi permis d’épargner nos jolies petites mains fragiles. 

12 / Gardien de phare

gardien de phare

Pour devenir gardien de phare, il ne fallait pas craindre la solitude. Métier consistant à surveiller la navigation maritime depuis un phare et à assurer le bon fonctionnement de celui-ci, l’automatisation ea mis fin à cette profession. 

13 / Marchande de plaisir

Marcahnde de plaisir

Je vous vois venir avec votre esprit lubrique mais la marchande de plaisir n’avait rien à voir avec les plaisirs de la chair. Ces professionnelles étaient en réalité des vendeuses ambulantes de pâtisseries. Au XIXe siècle, on pouvait entendre crier le soir “Voilà l’plaisir, mesdames, voilà l’plaisir”. Nommées aussi des “oublies”, ces douceurs étaient des gâteaux croquant, mince comme du papier, en forme d’entonnoir coupé en 2 dans la hauteur.

14 / Bourreau

Bourreau

Quand on parle de professions d’un autre temps, en voilà une qui colle parfaitement à l’expression. Exécuteur des arrêts de justice, le bourreau était chargé d'infliger des peines corporelles ou la peine de mort. Se transmettant souvent de père en fils, les bourreaux étaient craints et vivaient souvent en paria. Pourtant, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ils ne faisaient pas cela de gaieté de coeur. Il exerçait sa profession en appliquant à la lettre des gestuelles prédéfinies. Non, ce n’étaient pas tous des Hannibal Lecter en puissance. 

15 / Crieur

crieur public

Le métier de crieur existe depuis l’Antiquité pour disparaître dans les années 60. Profession itinérante, le crieur public était chargé d'annoncer au public de l'information.

16 / Mineur

mineur

Nous voici revenu au temps de Germinal. Pénible et très dangereux, la profession de mineur symbolisait à elle-seule la pauvreté et les conditions de travail déplorables du passé. Hommes, femmes ou enfants, nombreuses sont les personnes qui sont passées par la mine. Lampiste, palefrenier, culbuteur, encageur, déballeur… les mines offraient divers postes.

17 / Groom

garçon d'ascenceur

Encore une profession qui n’a pas résisté à la nouvelle technologie. Avant l’automatisation des ascenseurs (fin de la Première Guerre mondiale), chaque élévateur avait son garçon d'ascenseur. Celui-ci faisait monter les clients à bord, choisissait l’étage, ralentissait la cabine en douceur et l'immobilisait au même niveau que celui de l'étage. Même si à présent plus aucun groom n’est nécessaire, de grands hôtels et immeubles de prestige ont choisi de réintégrer des garçons et filles d'ascenseur.

18 / Attrapeur de rats

attrapeur de rats

Vous allez me dire que les dératiseurs, ça existe toujours. Oui, mais l’attrapeur ou le chasseur de rat de l’époque était quelque peu différent. Utilisés en Europe pour contrôler les populations de rat, ils s’exposaient à de grands risques de morsures et d’infections. 

19 / Porteurs d’eau

porteur d'eau

Comme son nom l’indique, le porteur d’eau est une activité qui consistait à transporter le dit liquide car si aujourd’hui il nous suffit de tourner un robinet pour obtenir de l'eau, ce ne fut pas toujours le cas. Auparavant, il fallait aller chercher l’eau tous les jours et les personnes qui le pouvaient s’offraient les services des porteurs d’eau. 

20 / Dactylo

dactylo

Profession encore très présente il y a une trentaine d’année, la dactylographe (car le métier était avant tout féminin) savait saisir un texte sur un clavier de machine à écrire, avec ses 10 doigts et sans regarder ses mains. Elle pouvait ainsi transcrire des dizaines de feuilles manuscrites par jour mais ne devait pas faire d’erreur au risque de devoir tout ressaisir. 

21 / Chiffonnier

Chiffonier

Né au Moyen-Âge, le métier de chiffonnier est devenu très populaire au XIXème avec le développement de l’industrie du papier. Il  achetaient des tissus, des guenilles de laine, du papier, des cordes, pour créer à nouveau du papier ou du tissu. Métier difficile, celui qui  l’exerçait était considéré comme un personnage inquiétant du fait qu’il était solitaire et qu’il cheminait à pied à travers la campagne.

22 / L’ange gardien

Ange gardien

A présent, on a des taxis ou des VTC pour nous raccompagner quand on a bu un petit coup de trop. Mais à l’époque, nous avions l’ange gardien qui contre quelques pièces se chargeait de reconduire  les hommes ivres à leur domicile. Un chaperon des temps anciens, payé une misère, qui devait tout de même posséder beaucoup de patience et de savoir-vivre pour être embauché.

23 / Marchande d’Arlequin

marchande d'arlequin

Ici, rien à voir avec le carnaval mais plutôt l’ancêtre des restos du coeur. En effet, la marchande d'arlequins utilisait les restes des repas des tables de familles bourgeoises et des grands restaurants pour concocter des plats qu’elle revendait pour une bouchée de pain aux plus démunis. Cet assemblage de restes était la seule parade contre la misère.

24 / Décrotteur

decrotteur

Bien avant de se déplacer en voiture, la calèche était le moyen de locomotion courant dans les grandes villes. Et qui dit calèche, dit chevaux… vous voyez où je veux en venir ? Même si marcher dedans porte bonheur pour certain, les piétons n’étaient pas vraiment jouasses de tout ce crottin sur leur chemin. Pour s’en débarrasser, les décrotteurs, armés d’une pompe, les récupéraient pour les revendre aux mégissiers. 

25 / Loueuse de sangsues

loueuse de sangsues

Il fut une époque où ces petites bestioles peu ragoûtante étaient très recherchées des médecins et des pharmaciens. Pour les récupérer, les loueuses se mettaient les pieds dans la Seine et attendaient que les sangsues s’y accrochent.

Nous sommes bien loin d’avoir fait le tour de tous les métiers d’autrefois aujourd’hui disparus mais cette liste vous donne tout de même un aperçu du décalage avec notre société actuelle.


Publié le 28 Août 2019
A la une