Changer de métier : les 3 vraies questions à se poser

Sommaire

    Ouvrir son propre commerce, devenir éducateur canin, se lancer dans la naturopathie… autant de doux rêves de tout plaquer pour faire ce qui vous plaît. 

    Votre décision prise, vous êtes certainement remonté comme un coucou suisse pour vous lancer dans votre reconversion professionnelle

    Mais pour mettre toutes les chances de votre côté, l’anticipation est primordiale et il est chaudement recommandé de se poser 3 questions essentielles. Mais avant, un petit rappel sur la reconversion. 

    3 questions avant la reconversion

    La reconversion professionnelle : une volonté courante

    Crise de la quarantaine, burn-out, ennui, besoin de plus de reconnaissance, désir d’évolution de carrière, raisons conjoncturelles ou économiques, cette volonté de changement de métier peut être multiple. Signe de l’air du temps, l’attrait pour la reconversion professionnelle touche tous secteurs, âges et sexes confondus. 

    D’après l’étude du groupe AEF publiée en 2017, 9 français sur 10 souhaiteraient se reconvertir ou l’ont déjà fait. Les cadres sont un peu plus nombreux à se reconvertir que les autres salariés (33% de reconversions professionnelles contre 23%).

    Raisons reconversion

    Freins à la reconversion

    Question 1 : Quelles raisons profondes vous poussent à vouloir changer de travail ?

    Toute remise en question demande une longue réflexion sur les réelles raisons de votre envie de changer de métier. Peut-être n’est-ce qu’un passage à vide ou alors, cette envie vous met en face d’une réalité toute autre. En premier lieu, il convient donc de s’assurer que vous êtes réellement sûr de vouloir vous réorienter. Pour ce faire, vous devez entreprendre de faire le bilan de votre vie professionnelle en définissant ce qui ne vous convient plus, ce qui vous manque et ce dont vous avez envie.

    Définir ce qui vous manque 

    Pour être totalement épanoui dans son travail, nous avons chacun des attentes différentes. Pour certains, ce sera de la reconnaissance, pour d’autres un salaire suffisant, pour d’autres encore, de la stimulation. Et pour vous ? Quelles sont vos attentes profondes en exerçant votre profession et sont-elles comblées ?

    Définir vos désirs

    Il se peut que vous ayez un projet qui vous trotte en tête depuis plus ou moins longtemps et qu’avec les années qui passent, celui-ci devient obsédant. Posez-vous deux secondes et réfléchissez à cette envie car quand on est motivé par un projet, on pense rarement à ses aspects moins réjouissants. Pourtant, rien n’est ni tout blanc, ni tout noir. Vous rêvez de devenir boulanger ? Etes-vous sûr d’être capable de vous lever chaque jour à 3h du matin, de rogner sur vos week-end, de ne plus pratiquer vos loisirs actuels… Certains aspects vous semblent rédhibitoires et ne peuvent être compensés ? Mieux vaut alors avoir le courage de renoncer dès le départ.

    Définir ce qui ne vous convient plus dans votre vie professionnelle

    Afin d’identifier les problèmes qui vous motivent à changer de vie professionnelle, plusieurs aspects de votre profession actuelles sont à étudier :

    • Vos relations professionnelles se passent-elles bien ?
    • L’entreprise et ses valeurs correspondent-elles encore à vos valeurs ?
    • Que pensez-vous des missions qui vous sont confiées ? Vous apportent-elles assez de motivation, de gratitude ou au contraire, les jugez-vous trop répétitives, compliquées, sans intérêt… 
    • Et que dire de l’environnement professionnel ? 

    Question 2 : Existe-t-il des alternatives à un  changement de métier ?

    Tout le monde est semblable et peut avoir ses mauvais jours. Reste à savoir si cette situation est un simple passage à vide dans votre travail actuel, d’une lassitude dans votre métier au quotidien ou d’une réelle voie sans issue.  En effet, avant de vous lancer dans une reconversion professionnelle qui ne ferait que combler une impression d’ennui ou palier à un stress trop fréquent dans votre job actuel, il y a peut-être d’autres options à étudier. 

    La reconversion doit être le fruit d’une réflexion poussée autour des autres options que vous avez étudiées.

    Faites d’abord un point avec votre supérieur hiérarchique et/ou votre entourage. 

    Peut-être n’avez-vous besoin au final que de changer de poste au sein de votre entreprise.

    Question 3 : Disposez-vous des moyens de vous réorienter sereinement ?

    Assurez-vous d’être capable de vous mettre en danger

    Une reconversion professionnelle implique de savoir sortir de sa zone de confort pour aller se confronter à des entretiens, à des jurys, une nouvelle politique de travail, et aussi à l’administration. Vous en sentez-vous capables ?

    Assurez-vous que votre famille vous soutient

    Vos proches seront peut-être mis à rude épreuve durant cette période et peut-être même ensuite : déménagement, mutation, changement d’école, perte d’amis…

    Sans le soutien de ses proches, le succès de votre reconversion sera beaucoup moins grand. Il est primordial d’en parler avec votre famille, pour leur expliquer les conséquences de votre nouveau métier.

    Assurez-vous d’avoir les reins assez solides financièrement

    C’est ce qui fait échouer le plus de projets, notamment parce que certains éléments sont sous-évalués en termes de coût comme la formation. Possédez-vous suffisamment d’économies? Quelles sont  les subventions possibles (prêts à taux zéro, prêts d’honneur, allocations chômage pour création d’entreprise…). Toucherez-vous une partie de votre rémunération durant votre formation? 

    Assurez-vous d’avoir toutes les qualifications requises

    Lorsqu’on se lance dans un métier différent, il y a de nouvelles compétences à acquérir mais il peut être possible de transposer de nombreuses aptitudes. N’hésitez pas à faire un bilan de compétences pour vous aider à vous évaluer, ou à booster votre CV à l’aide de certifications.

    Assurez-vous d’avoir un plan B

    Les échecs font partie des éventualités à envisager. Revenir à votre ancien poste, reprendre une entreprise plutôt que d’en créer une de zéro… il faut pouvoir se retourner si votre projet de reconversion échouait. N’attendez pas d'être au pied du mur pour y penser.


    Publié le 17 Déc. 2019 , et mis à jour le 25 Avr. 2020