7 étapes pour obtenir un diplôme avec la VAE

Sommaire

    Obtenir diplôme grâce à la VAE

    Rappel : qu’est-ce que la VAE ?

    Quels que soient votre âge, votre nationalité, votre statut et votre niveau de formation, vous pouvez entreprendre une validation des acquis de l’expérience afin d’obtenir un diplôme, un titre professionnel ou un certificat de qualification professionnelle (CQP). 

    La seule condition est de justifier d’au moins un an d’expérience en continu ou non dans une activité salariée, non salariée ou bénévole en rapport direct avec la certification visée.

    Cette démarche vous permettra de décrocher un diplôme sans avoir à reprendre vos études ou à suivre une formation parfois contraignante avec votre vie professionnelle et/ou privée.

    De plus, le diplôme obtenu via la validation des acquis a exactement la même valeur que celui obtenu à l’issue d’une formation traditionnelle.

    Si vous êtes “tombé” sur notre article c’est que vous souhaitez être guidé dans vos démarches de VAE. Pour cette raison, nous vous avons concocté un article qui explique chaque phase vous menant vers l'obtention de votre futur sésame.

    Les 7 étapes pour obtenir un diplôme à l’issue d’une VAE

    La définition de votre projet professionnel

    Seul ou bien avec l’aide d’un Centre de conseil sur la validation des acquis de l’expérience (en Point Relais Conseil ou PRC), vous devez effectuer un bilan de votre situation actuelle. 

    Pour le faire, vous devez recueillir des informations relatives à vos formations et à vos expériences professionnelles et/ou personnelles (activités associatives, bénévoles, électorales ou syndicales...).

    Ce point sur votre situation vous permet ensuite de vous poser des questions essentielles afin de définir votre projet professionnel.

    Le choix du “bon” diplôme

    Tout d’abord, il faut savoir que plus de 10 000 certifications et diplômes sont accessibles par la VAE. 

    Parmi eux, il y a :

    • les diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés au nom de l’État : CAP, Bac pro, BTSA, titre professionnel, licence pro, master pro...
    • les diplômes et titres à finalité professionnelle délivrés par des organismes en leur nom propre : diplôme universitaire, diplôme du CNAM, diplôme d’école de commerce ou d'ingénieur…
    • les certificats de qualification professionnelle (CQP) délivrés par les branches professionnelles en leur nom propre

    Par contre, uniquement ceux inscrits au RNCP peuvent être obtenus par la validation des acquis. 

    Prenez soin de bien vérifier que votre diplôme ait été certifié par la CNCP (Commission Nationale de la Certification Professionnelle).

    Il est important de le rappeler : votre futur diplôme est celui dont le contenu se rapproche le plus de votre expérience professionnelle, associative ou bénévole...

    Ainsi, pour vous aider à trouver le diplôme qui est en adéquation avec vos compétences, vous pouvez vous appuyer sur 

    • le ROME (Répertoire opérationnel des métiers et des emplois)
    • le RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles)
    • les structures dédiées à la VAE
    • les universités
    • Pôle emploi
    • les Fongecif
    • les missions locales

    La sélection du centre certificateur

    Il faut savoir qu’il va dépendre du diplôme que vous avez choisi de décrocher.

    Les principaux centres certificateurs sont :

    • Le ministère de l'éducation nationale (pour  les CAP, BM, BMA, BEP, BAC PRO, BTS, DCG, DSCG)
    • Le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (pour les diplômes de l’enseignement supérieur : DUT, DEUST, licence pro, master pro, doctorat)
    • Le ministère de l’agriculture et de l’alimentation ( pour les CAPA, BPA, BEPA, Bac Pro, BP, BTA, BTSA...)
    • Le ministère des solidarités et de la santé (pour les diplômes du secteur de la santé : DEAP, DEAS, DPPH, DEERGO)
    • Le ministère du travail (pour les titres professionnels)
    • Les chambres de commerce et d’industrie (pour les diplômes de technicien supérieur, IFV, EGC, ECD)
    • Le CNAM (pour les certifications professionnelles)
    • Les écoles d'ingénieur 
    • Les écoles de commerce
    • Les grandes écoles
    • ...

    Une fois que vous savez quel organisme délivre le diplôme que vous souhaitez obtenir, la prochaine étape est de le rencontrer directement afin de connaître les spécificités de ses procédures de VAE.

    La constitution de votre dossier de recevabilité

    Tout d’abord, la première chose à faire est de retirer ce dossier auprès du centre certificateur.

    Il se compose de 4 rubriques : 

    • un formulaire de candidature à compléter et à signer
    • des documents relatifs à la durée de l’expérience selon le diplôme visé
    • une attestation sur l’honneur qu’une seule demande de VAE a été déposée pour cette certification au cours de cette année civile
    • les pièces justificatives demandées selon votre situation (par exemple si vous êtes salarié(e) : bulletin de salaire, attestation d'employeur et attestation d’expériences) 

    Le dossier de recevabilité permet à l’organisme certificateur de vérifier votre motivation, vos compétences professionnelles, que vous êtes admissible à la VAE et que vous êtes positionné(e) sur le bon diplôme…

    Une fois constitué, le dossier doit être adressé au ministère ou à l’organisme délivrant la certification.

    A compter de l’examen de votre dossier, le centre certificateur doit se prononcer dans un délai de 2 mois maximum. L’absence de réponse au terme de ce délai vaut décision d’acceptation.

    Si l’avis de recevabilité est favorable, vous devez retirer le dossier de validation auprès de l'organisme.

    L'élaboration de votre dossier de VAE

    Bien que différent dans la forme et dans la structure selon les centres certificateurs, le contenu de chaque dossier de validation reste identique. 

    Il va permettre au jury d’évaluer si vous avez acquis les compétences requises par la certification.

    Ce dossier doit contenir :

    • la présentation de vos différentes expériences (professionnelles, associatives, bénévoles…) en lien avec la certification
    • une description des contextes de travail : secteur, entreprise, organigramme, effectif…
    • une analyse détaillée des missions réalisées
    • en annexe des preuves prouvant l'exactitude de vos écrits : compte-rendu de réunion, d’un dossier documentaire, d’un document de communication pour une campagne électorale…

    Tout au long de la rédaction du dossier, il est conseillé de consulter le référentiel de certification.

    Pour mener à bien ce travail de réflexion et de rédaction qui demande des heures de travail et qui est jugé complexe pour certains candidats, il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel de la VAE.

    Cet accompagnement vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté d’obtenir le diplôme visé.

    L'évaluation finale 

    L’entretien avec le jury

    Avant cette dernière étape, il convient de bien se préparer au passage devant le jury soit avec votre conseiller VAE (par exemple) ou seul en vous aidant de livres ou de ressources sur Internet par exemple.

    Nous vous conseillons de relire le référentiel de certification et votre dossier de validation ainsi que de vous entraîner à la présentation orale et à l’argumentation des éléments constituant votre dossier.

    Environ un mois avant le jour J, la convocation à la session de validation devant le jury vous sera envoyée par courrier.

    L’entretien avec le jury composé d'enseignants et de professionnels dure en moyenne 1 heure.

    Il a pour objectif de compléter ou de confirmer certaines informations contenues dans votre dossier de validation. 

    L’entretien permet au jury de vérifier que vous êtes l’auteur du dossier de VAE, de vérifier votre motivation ainsi que votre niveau de maîtrise de l’ensemble des compétences requises pour obtenir le diplôme.

    La mise en situation professionnelle

    Le dossier de validation reste théorique et au cours de l’entretien, le candidat n’a pas toujours la possibilité de démontrer toutes les compétences requises ; c’est pourquoi selon le diplôme visé, une mise en situation professionnelle peut vous être demandée.

    Elle peut être réelle (en entreprise) ou reconstituée (sur un plateau technique). 

    A l’issue de l’entretien, le jury délibère. 

    La décision

    Quelques jours après, une réponse vous est apportée par courrier afin de vous tenir informé de la validation totale, partielle ou du rejet de la VAE. 

    Si la réponse est négative, votre déception est immense. Malheureusement cela signifie que vos acquis ne correspondent pas au niveau de connaissances et de compétences exigé. 

    Votre employeur, votre accompagnateur ou votre conseiller VAE du centre de conseil pourront vous guider dans votre projet : 

    • recommencer intégralement la démarche
    • réaliser un bilan de compétences
    • déposer un dossier de VAE pour un diplôme plus en adéquation avec votre expérience
    • suivre une formation
    • trouver des solutions pour développer votre expérience
    • ...

    Si la validation est partielle (c’est à dire uniquement sur un ou plusieurs blocs de compétences), une attestation de compétences ou un livret de certification vous est remis sur les parties de certification obtenues. 

    Le jury vous indique alors les aptitudes, compétences et connaissances qui feront l’objet d’une évaluation complémentaire nécessaire à l’obtention du diplôme. 

    Sur demande, il peut également vous révéler les moyens d’acquérir ces compétences manquantes : suivre une formation complémentaire, acquérir plus d'expérience dans le(s) domaine(s) non validé(s), rédiger un mémoire ou un rapport...

    Si la validation est totale, félicitations vous avez obtenu votre diplôme par le biais de la VAE !


    Publié le 16 Févr. 2020 , et mis à jour le 14 Mai 2020