Typologie de parcours des candidats à la reconversion professionnelle

Typologie de parcours des candidats à la reconversion professionnelle

Il y a quelques jours, France Compétences publiait les résultats de son étude de grande ampleur portant sur la reconversion professionnelle dans le secteur privé (soit une population de 22 millions d’actifs) et réalisé par le cabinet BVA entre le 17/02/2021 et le 02/03/2021 sur un large échantillon de 5 162 actifs ayant connu ou engagé une reconversion professionnelle au cours de ces 5 dernières années.

Cette analyse extrêmement intéressante confirme la diversité des parcours des individus, rejetant l’idée d’un processus linéaire et standardisé de la reconversion, et permet de définir 8 types de parcours regroupés en 4 grands ensembles.

Envie de savoir à quel groupe vous appartenez ? C’est parti.

Parcours de reconversion

Parcours en dehors de l’entreprise et peu accompagnés

Groupe des “précaires qui vont au plus simple”

Essentiellement féminin (67%), ce groupe se caractérise avant tout par une situation de précarité plus importante que les autres comme des difficultés financières, une situation de mono parentalité, du chômage…

Leur souhait est avant tout d’aller au plus simple et plus rapide que ce soit dans leurs choix que dans la mise en œuvre du projet qui se déroule dans la plupart des cas à l’extérieur de l’entreprise (95%). Peu, voire pas accompagnés, ces projets de reconversion se soldent plus souvent que les autres par un échec puisque seulement 16% des individus ayant terminé leur parcours se voient débuter un nouvel emploi ou une nouvelle activité.

Groupe des “reconvertis sans histoires”

Les plus discrets des groupes, ces individus disposent d’une autonomie supérieure aux autres et ne voient pas ce qui pourrait entraver leur projet. Bien souvent, leurs nouvelles ambitions ne nécessitent ni diplôme, ni accompagnement peut-être en raison de leur âge en moyenne plus élevé puisque 21% de ces candidats sont considérés comme des seniors de plus de 50 ans.

Groupe des “aspirants entrepreneurs”

Se mettre à son compte fait partie des aspirations courantes quand on parle de reconversion professionnelle. À la fois raison et objectif de ces individus, ces candidats à l’entrepreneuriat se jettent à l’eau dès qu’ils estiment avoir atteint le bon moment. Souvent aidés par les Chambre de commerce, plus de 20% bénéficient de l’aide à la création d’entreprise et ⅔ financent eux-mêmes leur parcours.

Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test

Parcours en dehors de l’entreprise et souvent accompagnés

Groupe des “utilisateurs satisfaits de l’accompagnement institutionnel”

Globalement plus satisfaits que les autres de leur reconversion, les personnes accompagnées s’en sortent également avec plus de succès. Dans le cas de ce groupe, l’accompagnement institutionnel est fortement utilisé et sous toutes ses formes : bilan de compétences, formation, financement public… 97% d’entre eux réalisent d’ailleurs un bilan avec un professionnel. Ces parcours sont également plus longs et peuvent prendre parfois plusieurs années entre l’émergence du projet et son lancement concret.

Parcours en entreprise et peu accompagnés

Groupe des “reconvertis par l’emploi”

Quand on pense à la reconversion, on imagine principalement un revirement complet de vie professionnelle avec nouveau métier et nouvel employeur ou nouveau statut.

Pourtant, de nombreux projets de reconversion se réalisent en changeant simplement d’employeur. Recherchant un meilleur équilibre vie-pro/vie-perso, plus de sens dans leur métier ou à fuir l’emploi initial, cette population a moins recours aux dispositifs institutionnels et à l’accompagnement.

Parcours en entreprise et très accompagnés

Groupe des “diplômés en mouvement”

Concernant avant tout un changement de statut dans l’entreprise actuelle ou une nouvelle, cette catégorie d’individus se caractérise par sa surreprésentation de diplômés supérieurs au bac +5. Leur motivation est avant tout l’évolution de carrière. Composés à 56% d’hommes, ces projets sont moins liés que les autres à un élément déclencheur mais plutôt à l’évolution normale de leur carrière.

Groupe des “informés efficaces”

Surmotivés, très informés et extrêmement bien préparés, les individus de ce groupe sollicitent fréquemment les organismes et financements publics et ne se démotivent pas s’ils ne peuvent bénéficier de certains d’entre eux (une part non négligeable des membres de ce groupe a sollicité un bilan de compétences ou une VAE mais n’y était pas « éligible »). Leurs projets sont majoritairement réalisés dans l’entreprise qui les employait avec des motivations liées plus souvent au constat que les débouchés sont insuffisants sur leur métier ou à l’envie d’augmenter leur rémunération.

Groupe des “accompagnés en interne”

Ne supportant plus les contraintes devenues insurmontables de leur emploi initial ou ses changements sans que cela ne leur convienne, ces individus recherchent avant tout un métier plus en phase avec leurs aspirations, la réalisation d’un projet personnel ou saisissent une opportunité. Pour plus de 90% d’entre eux, l’accompagnement se fait par le service Formation/RH de leur entreprise. Ces candidats sont moins amenés à financer (eux-mêmes ou par des financements publics) leur parcours de reconversion.

 

Source : Etude France Compétences

Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test