Une longue période passée loin du monde du travail peut nous fragiliser, tant le statut professionnel d’un individu est important dans nos sociétés.

Sommaire

    Le parcours professionnel n’est pas toujours un long fleuve tranquille, et nous pouvons tous, un jour, être confrontés à une période d’inactivité, choisie ou non. Les raisons sont multiples : licenciement, congé parental, démission, maladie. Mais surtout, cette période passée loin du monde du travail peut nous fragiliser, tant le statut professionnel d’un individu est important dans nos sociétés.

    Si tel est votre cas, voici quelques conseils pour vous aider à reprendre confiance en vous après une longue période d’inactivité.

    Prendre conscience des changements intérieurs

    Une période d’inactivité entraîne souvent une diminution des interactions sociales. Nous sommes des êtres de communication et cet isolement peut avoir des effets sur notre moral. Or, moral et confiance vont de pair. Les personnes qui ne travaillent plus depuis longtemps doutent beaucoup de leurs capacités à retrouver une vie professionnelle épanouie.

    Cette altération de la confiance en soi provoque également une baisse de la motivation. Comment se stimuler pour préparer un entretien, suivre une formation, si on est persuadé de n’être pas assez performant. Cette dévalorisation se ressent dans le discours, la gestuelle, et nous empêche de convaincre notre interlocuteur, de lui transmettre notre envie.

    Heureusement, la confiance en soi, ça se travaille. Ça s’entretient surtout. Et cela commence par une prise de conscience de la situation. Oui, vous ne travaillez plus. Vous vous sentez différents, parfois moins utiles. Ces pensées nuisent à votre bien-être. Prendre le temps de les ressentir permet de s’en protéger, d’en atténuer les conséquences négatives.

    Faire de cette période un moment positif

    De nombreuses personnes, prises dans leur routine professionnelle, ne se posent plus de questions sur leurs objectifs de vie. Cette pause peut être un moment de profonde remise en question sur votre rapport au travail. Aimez-vous toujours ce que vous faites ? Votre investissement est-il toujours le même ? Seriez-vous plus heureux ailleurs ?

    Tout le monde n’a pas la chance d’avoir ce temps pour réfléchir. Une fois ces questions posées, y répondre n’est pas chose facile. Parfois, une aide extérieure est nécessaire pour oser se lancer dans cette réflexion, avec un coach, un thérapeute. L’objectif est de mieux se connaître, et d’accepter l’idée d’un éventuel changement.

    Savoir qui on est et ce que l’on veut

    Reprendre confiance en soi, c’est aussi accepter de ne pas être défini uniquement par notre statut professionnel. Dans nos sociétés, c’est souvent notre emploi qui nous positionne socialement. Lorsqu’on rencontre une personne, la première question posée est souvent : « Que faites-vous dans la vie ? », comme si le travail était le seul élément qui caractérise un individu. Sans activité, l’impression de ne plus exister se fait sentir, et la confiance commence à s’effriter. Aujourd’hui, dans un monde où exercer le même métier toute sa vie ne fait plus rêver, il est important de se définir par d’autres valeurs que celle du travail.

    Accepter d’être aidé

    Retrouver un emploi, ou se lancer dans une nouvelle carrière, demande de l’énergie. Pour rester confiant et motivé, il est parfois utile de se faire aider. Les structures qui peuvent vous soutenir sont nombreuses : Pôle emploi, bilan de compétences, coaching en recherche d’emploi ou en reconversion professionnelle. L’objectif est de vous apprendre à valoriser vos compétences, pour vous sentir légitime dans vos démarches. C’est aussi l’occasion de porter un regard critique sur vos actions, de vérifier la cohérence de votre projet avec l’environnement professionnel actuel.

    Vos proches ont aussi un rôle à jouer. Parler sans tabou de votre situation permet de dédramatiser le sujet, et d’ouvrir des portes. Plus il y aura de personnes qui connaîtront votre situation et vos projets, plus vous aurez de chances que quelqu’un s’y intéresse. Bien sûr, cela oblige à dépasser nos sentiments de honte, de culpabilité, mais une fois acceptés, cela provoque un formidable regain d’énergie.

    Avoir un emploi du temps

    Pour garder le moral et se sentir confiant, il faut rester actif. On peut vivre une période d'inactivité et avoir un emploi du temps bien rempli. Préparez le votre, en notant pour chaque journée ce que vous souhaitez réaliser : heure du lever, séance de sport, recherche professionnelle, temps de formation, rendez-vous avec vos amis. Tout est important et cela vous permettra de vérifier votre productivité en fin de journée .

    Organiser son projet professionnel

    Vous pouvez :

    • vous préparer à reprendre votre poste en vous formant à domicile, pour mettre à jour vos compétences ;
    • organiser votre recherche d’emploi, les envois de vos dossiers de candidature, et les rappels, avec par exemple un feed-back chaque semaine ;
    • préparer votre reconversion professionnelle, organiser votre formation à domicile en utilisant un planning, pour rester motivé.

    Travailler sa confiance et son moral

    Comme nous pouvons entretenir nos muscles, il est possible d’entretenir sa confiance en soi et son moral. Des exercices simples peuvent vous y aider. Dès le réveil, vous pouvez vous accorder du temps pour méditer ou respirer en conscience. Cela permet de diminuer le stress.

    Les activités de visualisation sont une aide précieuse pour reprendre confiance et croire en ses possibilités. S’imaginer en situation (d’entretien d'embauche, de travail) et en réussite permet de lever bien des blocages. Les sportifs utilisent ces techniques pour améliorer leurs capacités lors de matchs ou de compétitions. Des séances de sophrologie peuvent également permettre d’atteindre ces objectifs.

    Bouger

    Le mouvement est important pour se sentir bien dans sa tête. L'activité physique devrait faire partie de notre quotidien, et ses effets positifs ne sont plus à démontrer. Tout comme la respiration, ou la méditation, elle permet d’augmenter le niveau de nos neurotransmetteurs, ce qui nous aide à nous sentir mieux.

    Rencontrer et partager

    Avoir une vie sociale riche développe les sentiments de bien-être et de confiance. Se lancer dans une nouvelle activité qui nous épanouit, proposer son aide à des associations, peut être un bon début pour reprendre contact avec son environnement. Ces premiers pas, s’ils sont positifs, seront perçus comme une réussite et vous motiveront pour entamer d’autres démarches, professionnelles cette fois.

     

    Bien sûr, malgré tous ces conseils, il y aura toujours des journées plus difficiles, des déceptions. Mais nous en vivons tous, quelle que soit notre situation professionnelle. Il faut donc accepter ces moments pour ce qu’ils sont, des étapes nécessaires, et repartir de plus belle.

    • Catégories :
    • Mal-être / bien-être au travail
    Article mis à jour le 02/09/2023
    Trouver votre formation