Formation des plus de 50 ans : stop aux idées reçues

Sommaire

    Soyons clair dès le début. Il n’y a pas d’âge pour se former et se lancer de nouveaux défis professionnels comme se reconvertir

    Choisir de se former après 50 ans est donc une excellente idée que ce soit pour vous perfectionner ou développer de nouvelles compétences, voir apprendre un nouveau métier. 

    Pourtant, les idées reçues quant à la formation des seniors continuent d’avoir la vie dure et de freiner bon nombre de candidats dans leur projet.

    Passons en revue quelques-une d’entre elle qui ne devraient pourtant pas impacter votre motivation.

    Après 50 ans, notre cerveau ne peut plus apprendre

    Après 50 ans, on a parfois le sentiment d’être trop vieux pour apprendre une nouvelle langue, jouer d’un instrument ou acquérir de nouvelles compétences. Ce sentiment d’être trop âgé pour que notre cerveau retienne quoique ce soit de nouveau, beaucoup de personnes l’éprouvent. Mais est-ce réellement justifié ? Pensez-vous vraiment que votre cerveau ne possède plus les capacités cognitives nécessaire pour apprendre tout simplement parce que vous avez dépassé la cinquantaine ?

    La réponse est non bien entendu et tous les experts scientifiques s’accordent à confirmer cela !

    Dès notre plus jeune âge, notre cerveau est programmé pour acquérir de nouveaux savoirs et savoir-faire grâce au mécanisme de plasticité cérébrale permettant d’apprendre toute notre vie. 

    Certes, on n’apprendra pas exactement de la même manière à 50 ans qu’à 20 ans et cet apprentissage sera certainement un peu plus long, mais il sera tout aussi performant car les expériences accumulées compensent l’effet de l’âge.

    Nous vous invitons à consulter le très bon article suivant par en savoir plus sur lespossibilités d’apprentissages suivant l’âge.

    Après 50 ans, on n’a plus accès à la formation

    En voici encore une idée reçue tenace mais qui est normale car il n’y a pas si longtemps, c’était effectivement le cas. 

    Or, dans un contexte d’allongement de la vie professionnelle en partie induite par les réformes successives des retraites, les seniors s’invitent massivement dans la formation continue qui leur offre un moyen efficace de se maintenir dans la vie active ou de redémarrer une nouvelle carrière.

    La loi avenir professionnel oeuvre également en ce sens. La formation professionnelle est un élément essentiel de la vie d’un salarié et est assurée par différents dispositifs qui peuvent être activés par l’actif lui-même ou son employeur comme le Plan de Développement des Compétences, le CPF, le projet de Transition Professionnelle… accessible à tous les salariés.

    Il est à noter que dans la globalité, les salariés seniors se forment moins souvent surtout parce qu’ils sont moins nombreux à vouloir le faire, et non parce que les employeurs n’investissent pas suffisamment dans la formation de leurs salariés proches de la retraite.

    Après 50 ans, on est réfractaire aux nouvelles technologies

    Se former peut imposer de devoir utiliser de nouvelles technologies comme le numérique. Or, il paraîtrait que les seniors y seraient réfractaires. Mais dans ce cas, comment expliquer que 45% des seniors affirment envisager de porter un bracelet connecté, 76% sont favorables à la domotique et 47% se déclarent « connectés » d’une manière générale ? 

    L’intensité des changements technologiques et organisationnels tend à accroître le rythme d’obsolescence des compétences et demande une capacité accrue d’adaptation des salariés. Les seniors le savent bien et sont conscients que le recours à la formation augmente avec de tels changements.

     


    Publié le 14 Déc. 2020 , et mis à jour le 08 Avr. 2021