Quelles sont les avantages et inconvénients de la franchise lors d’une reconversion ?

De plus en plus de salariés en reconversion professionnelle se tournent vers la franchise dans le cadre d’une création d’entreprise. Mais est-ce la bonne solution ? 

Quelles sont les avantages et inconvénients de la franchise lors d’une reconversion ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque selon les données de la Fédération Française de la Franchise (FFF), le nombre de franchisés est passé de 69 483 à 78 032 avec un chiffre d’affaires de près de 64 milliards € (soit une augmentation de presque 20%) en seulement 5 ans (2015 à 2020).

La franchise a donc le vent en poupe ce qui suscite forcément des vocations notamment chez les salariés en reconversion qui cherchent à se lancer à leur compte.

Toutefois, si la franchise offre de nombreux avantages que nous allons vous énoncer ci-après, elle ne doit pas non plus laisser penser que ce sera une aventure qui mènera obligatoirement au succès.

Avantages de la franchise en cas de reconversion

Limiter les contraintes liées à la création d’entreprise

Si près d’un tiers des Français envisage de devenir entrepreneur (sondage OpinionWay de 2020), les risques inhérents à la création d’entreprise peuvent en refroidir plus d’un et cela est d’autant plus vrai quand on explore un projet de reconversion professionnelle.

En effet, la création d’entreprise demande beaucoup de temps et de moyens tout en imposant au créateur de franchir 3 grandes étapes : trouver une idée viable, maîtriser un savoir-faire et se faire connaître. Avec le système de la franchise, vous profiter d’une formule ayant fait ses preuves et limitez fortement les contraintes liées à la création pure. La franchise représente effectivement un modèle de développement d’une entreprise mais contrairement à la création où l’entrepreneur se charge de tout de A à Z, il rejoint ici un réseau de franchises pour développer un concept et une image de marque prédéfinie.

Le franchisé est donc un entrepreneur qui cherche à limiter ses risques en s’appuyant sur un concept commercial éprouvé et un réseau qui pourra l’aider à se lancer et à éviter l’isolement.

Disposer d’une entreprise clé en main

Être franchisé suppose en effet être responsable d’un concept clés en main, déjà testé et approuvé ce qui permet d’accélérer l’installation et le retour sur investissement.

Cette entreprise clé en main vous permet de bénéficier de plusieurs avantages. Cela se résume à : un positionnement marketing efficace, un savoir-faire substantiel, des stratégies de vente bien définies, un ou plusieurs points de vente architecturalement bien pensés pour vous – y compris, éventuellement un site internet.

En outre, votre enseigne met à votre disposition des outils (préconçus), de gestion, de publicité, de communication, de comptabilité, etc.

Bref, vous possédez les clés du concept d’une entreprise viable.

Profiter d’une marque déjà reconnue

Créer son entreprise et la faire connaître est un parcours qui stresse énormément de créateurs d’entreprise. Or, se lancer dans l’ouverture d’une franchise permet de se soulager de ce stress en profitant de l’image de marque d’une enseigne existante. Le réseau a, en général, déjà une certaine renommée auprès des consommateurs et cette image profite immédiatement au franchisé. Il s’agit d’un véritable gain de temps et d’argent.

En termes de communication, le franchisé reçoit dès le début tous les supports de communication, les chartes graphiques, les logos, les affiches… pour promouvoir son établissement au niveau local.

Être libre

Si vous envisagez de quitter votre statut de salarié pour vous lancer dans l’entrepreneuriat, la notion de liberté et le besoin d’indépendance sont certainement vos motivations premières.

La franchise vous épargne de la hiérarchie d’un supérieur : en tant que chef d’entreprise, vous êtes votre propre patron. Vous travaillez où vous voulez, avec qui vous voulez, quand vous voulez. Vous vous organisez comme vous voulez, et bien plus encore. Mais attention tout de même… vous devrez peut-être rendre des comptes au franchiseur.

Un large choix de secteurs et de zones géographiques

En 2019, il existait, en France, 2 049 réseaux répartis sur 16 secteurs d’activité : voyages, immobilier, alimentaire, services aux entreprises, hôtellerie, formations, etc. Vous n’avez aucune limite, à vous de choisir librement le métier qui vous convient – exception faite à certains métiers qui exigent certaines qualifications.

Votre statut de franchisé vous permet de vous implanter dans la zone de votre choix : votre propre région (75 % des franchisés exercent dans leur région), une autre région, le centre-ville (53 %), la périphérie, voire l’étranger (35 %).

Bénéficier d’un soutien multidimensionnel

Une franchise est avant tout un réseau uni par un seul objectif : celui de protéger l’image de marque de l’entreprise franchisée. La concurrence n’existe pas au sein de ce réseau. Le franchiseur à sa tête, a pour responsabilité de vous aider à vous développer en tant que nouvelle recrue, et ce, peu importe votre lieu d’implantation.

Cela tient à une chose : en tant que représentant de la marque, votre façon d’agir et d'être, peut impacter tout le réseau et, par extension, toute la marque. Pour asseoir une bonne image et une crédibilité de celle-ci, vous bénéficiez ainsi de l’aide et de l’expérience des autres membres du réseau.

Cela se traduit généralement par des rencontres de partage d’expériences, d’échanges autour des bonnes pratiques à adopter et des problèmes éventuels à résoudre. Du reste, 25% des sondés de l’enquête FFF/BP se disent être séduits par l’idée de pouvoir bénéficier des moyens mis à leur disposition par leurs réseaux.

De plus, lorsque vous décidez de créer votre entreprise en tant que franchisé, vous bénéficiez d’un accompagnement progressif de la part de votre partenaire. Autant que durera votre contrat, votre enseigne vous apportera – conformément à la déontologie de la franchise –, une assistance conséquente d’aide à la création de votre point de vente : du montage des dossiers au lancement des activités, en passant par le management et toutes autres questions liées au développement de l’entreprise.

Pouvoir se former

Même si la formation initiale n'est pas obligatoirement applicable aux nouvelles recrues franchisées, il n'en demeure pas moins que les franchiseurs en font leur cheval de bataille.

En tant que franchisé, vous serez formé à la gestion d’entreprise dans le sens large du terme : communication, management, marketing… Cette formation, peut se faire sur-mesure, en fonction de votre niveau de compétences. Dans tous les cas, qu’elle soit pratique ou théorique, elle a pour but de renforcer vos capacités en tant qu’entrepreneur, mais aussi de favoriser le développement de vos activités et, au-delà, votre développement personnel : confiance en vous, estime de vous, etc.

Réaliser une vraie reconversion

Un avantage dont on parle peu et qui est pourtant indispensable à la reconversion est de pouvoir envisager de créer son entreprise dans un secteur d’activité qu’on ne connaît pas. Les franchiseurs préfèrent d’ailleurs ces profils novices.

En effet, un franchisé ayant déjà pratiqué le métier auparavant, que ce soit en salarié ou en indépendant, sera déformé par ses anciennes habitudes.

Attention toutefois à prendre ces propos avec une pincette. Si ne pas connaître le métier a priori est un avantage, une forte appétence pour celui-ci reste fondamentale.

Éviter l’isolement des entrepreneurs

S’il y a bien un mal dont souffrent bon nombre de jeunes reconvertis qui se lancent dans la création d’entreprise, c’est l’isolement.

Véritable fléau qui pousse chaque année de nombreux entrepreneurs à stopper leur aventure, la franchise offre une réponse adaptée.

L’entrepreneur n’est jamais vraiment seul grâce à la maison mère qui met tout en place pour accompagner sur le long terme les franchisés. Conventions annuelles, réunions régionales, visites d’animateurs réseau, formations… le franchisé fait alors partie d’une grande famille sur qui compter.

Inconvénients de la franchise à prendre ne compte

Coût de création et d’exploitation plus élevé

Quand on désire ouvrir une franchise, le premier inconvénient à garder à l‘esprit est son coût relativement plus élevé qu’une création classique. En effet, aux investissements communs tels que l’aménagement du local, l’achat d’un véhicule ou du matériel informatique, les coûts de communication, le stock…, bref, ce que l’on nomme en général le fonds de roulement, il faut ajouter les droits d’entrée, les éventuels frais de formation initiale et surtout, les redevances ou royalties (redevance d’animation, redevance de publicité, d’informatique…). Selon une enquête CSA-FFF-Banque Populaire, le montant global de l’investissement pour créer une franchise est de plus de 100 000€ dans 70% des cas.

Une indépendance mitigée et un cadre rigide

La motivation première d’un futur entrepreneur est bien souvent le besoin d’indépendance, d’autonomie. Or, dans le cas de la franchise, celle-ci est tout de même à nuancer.

Déjà, le franchisé se doit d’appliquer à la lettre les règles définies dans l’utilisation de la marque, des produits, des brevets… sans pouvoir y déroger et des contrôles sont régulièrement effectués. Vous ne disposerez donc aucunement de la possibilité de mettre en place votre propre concept, vos idées ou votre communication.

Ensuite, s’il est vrai que le franchisé peut céder son fonds de commerce, il doit toutefois obtenir l’aval du franchiseur auparavant pour maintenir la franchise.

Enfin, votre activité ne pourra pas évoluer selon vos propres desiderata car vous êtes tenu de respecter les consignes du réseau qui a la charge de faire évoluer le concept et d’innover.

Le franchisé peut vivre cela comme une contrainte ou une perte de liberté.

La durée du contrat est limitée

Peut-être ne le saviez-vous pas mais le contrat de franchise n’est pas illimité en durée. Celle-ci peut aller de 5 à 20 ans. Pour le franchisé qui investit parfois de grosses sommes, cela est à prendre en compte car le franchiseur n’a pas obligation à renouveler ce contrat une fois le terme atteint même dans l’hypothèse où les résultats sont positifs et que l’activité est rentable. Le franchisé ne peut dès lors plus utiliser le savoir-faire, ni même le concept du franchiseur et surtout, doit respecter la clause de non-concurrence.

À cette contrainte, il faut noter également qu’un franchisé ne peut normalement pas sortir comme bon lui chante d’un contrat de franchise. Il devra en attendre la fin même si la situation ne lui convenait plus.

Des cessions complexes

Comme nous l’avons vu plus haut, le franchiseur a toujours son mot à dire dans une cession ce qui peut limiter les transmissions d’entreprise et donc la possibilité pour le franchisé de sortir d’une situation qui ne lui convient pas. Le franchisé ne peut le faire qu’aux conditions prévues au contrat, ce qui peut restreindre sa liberté de vendre à n’importe qui.

À cette difficulté, il faut ajouter la durée du contrat qui peut également ajouter un frein à la cession.

Une obligation d’achat des produits et des services du franchiseur

Un dernier inconvénient que nous pouvons citer réside dans l’obligation pour le franchisé de se fournir en produits ou services auprès du franchiseur l’empêchant de commercialiser des produits concurrents de ceux du franchiseur qui lui sembleraient plus avantageux.

Finalement, on remarque au regard des éléments ci-avant que les inconvénients sont relativement moins importants que les avantages quand on envisage la création d’une entreprise en devenant franchisé et que ces contraintes sont tout à fait justifiées puisqu’elles compensent les nombreux atouts de cette symbiose.

Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test