Abondement de votre CPF par votre employeur : c’est possible !

Sommaire

    Le Compte Personnel de Formation n’est plus à présenter, ni les formidables opportunités de financement des différents dispositifs de formation qu’il offre. 

    Toutefois, si son plafonnement à 5 000 € (8 000€ dans certains cas) permet de voir venir les choses, il peut arriver qu’il ne soit pas suffisamment alimenté et que le reste à charge soit alors trop élevé pour réaliser votre projet.

    Mais saviez-vous que depuis septembre 2020, votre employeur peut réaliser un abondement volontaire sur votre CPF via un portail qui leur est dédié : l’EDEF (Espace des Employeurs et des Financeurs) ?

    Abondement du CPF par l'employeur

    Quels versements l’employeur peut effectuer sur le CPF ? 

    dotation cpf employeur

    https://retraitesolidarite.caissedesdepots.fr/

    • Dotation volontaire : si un salarié souhaite participer à une formation mais que ses droits CPF sont insuffisants, il peut solliciter son employeur pour qu’il effectue le versement complémentaire nécessaire;
    • Dotation obligatoire : en cas de licenciement lié au refus d’une modification du contrat engendré par un accord de performance collective, l’employeur doit verser 3.000 € sur le CPF ;
    • Dotation supplémentaire : en cas d’accord de branche collective, l’employeur peut mettre en place une alimentation du CPF plus favorable que ce qui est prévu dans le droit commun ;
    • Dotation corrective : dans les entreprises de plus de 50 salariés, en cas d’absence d’entretien professionnel, et si le salarié n’a suivi aucune action de formation non obligatoire au cours des 6 dernières années, l’employeur doit lui verser des droits correctifs de 3.000 €.

     

    Quelles sont les formations éligibles à l’abondement du CPF par l’employeur ?

    Les formations prises en charge par les abondements effectués par les employeurs sont exactement les mêmes que celles éligibles au CPF, à savoir :

    • Les formations sanctionnées par :
      - une certification professionnelle enregistrée au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP)
      - une attestation de validation de blocs de compétences
      - une certification et habilitation enregistrée au répertoire spécifique dont CléA qui est le nom donné au Socle commun de connaissances et de compétences qu’il est indispensable de maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire en France (maîtrise de la langue française ; principaux éléments de mathématiques et de culture scientifique et technologique ; maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication…)
    • La validation des acquis de l’expérience (VAE) qui permet de valider les acquis de son expérience professionnelle afin d'obtenir un diplôme, un titre à finalité professionnelle ou un certificat de qualification
    • Les bilans de compétences qui permet de faire le point sur votre carrière professionnelle et d’envisager une évolution professionnelle.
    • La préparation de l’épreuve théorique du code de la route et de l’épreuve pratique de permis des véhicules du groupe léger (B) et du groupe lourd (C1, C, D1, D, C1E, CE, D1E, DE)
    • Les formations et conseils dispensés aux créateurs/repreneurs d’entreprises
    • Les formations destinées aux bénévoles et volontaires en service civique pour qu’ils acquièrent les compétences nécessaires à l’exercice de leurs missions. Seuls les droits acquis au titre du compte d’engagement citoyen peuvent financer ces actions.

     

    Quel intérêt pour l’employeur des versements volontaires?

    Ancrée dans une logique de co-construction entre le salarié et l’employeur pour un projet de formation et renforcée par la loi «Avenir Pro» et la réforme du CPF, alimenter le CPF de ses employés répond à divers objectifs :

    • Avec la fin des financements des Périodes de Professionnalisation et, plus généralement, des financements OCPO pour les entreprises de moins de 50 salariés, le CPF devient un dispositif incontournable pour les projets de formation co-construits avec votre employeur;
    • Dans le cadre de l’entretien professionnel, l’employeur est tenu de mettre en place les mesures pour améliorer les compétences de ses  salariés et si ce n’est pas fait,  il s’expose au fait de devoir abonder le CPF du salarié à hauteur de 3.000 euros.
    • Abonder le CPF des salariés permet de disposer d’un véritable outil de gestion prévisionnel des emplois. 

     


    Publié le 29 Janv. 2021