Développer ses compétences ou se reconvertir : actions de formation professionnelle possibles

Sommaire

    Droit essentiel pour les actifs, renforcé par les politiques de l’emploi de ces dernières années, la formation professionnelle peut être utilisée à tout moment de sa carrière que ce soit pendant ou en dehors des heures de travail et que son objectif soit de renforcer son employabilité, développer de nouvelles compétences ou changer de métier.  

    Typologies des actions de formation

    Ces actions de formation peuvent prendre diverses formes et sont très encadrées mais toute personne qui en a besoin dans le cadre de son emploi actuel, ou dans la perspective d’un emploi futur, peut en bénéficier.

    Ces actions de formation peuvent être classées selon leur objectif : adaptation au poste, promotion dans l’emploi et développement des compétences, ou encore reconversion ou de réinsertion professionnelle.

    Les voici en détail.

    Actions d’adaptation au poste de travail

    Tout d’abord, il est important de souligner qu’il n'y a pas de classification clairement définie dans le code du travail pour les actions de formation étant donné la diversité des tâches et des métiers. Ce classement résulte donc en général de la négociation du chef d'entreprise et des délégués du personnel.

    En ce qui concernent donc les actions d'adaptation au poste de travail, on considère qu’elles correspondent aux apprentissages qui peuvent être directement utilisés par le salarié dans l'exercice de ses fonctions, au moment du suivi de la formation. 

    Elles ont pour but de maintenir la compétence du salarié dans son poste actuel et de le rendre plus efficace pour accroître sa polyvalence et son autonomie.

    Les formations liées au maintien dans l’emploi font aussi partie des actions d'adaptation au poste de travail. 

    L’employeur ayant l’obligation de maintenir l’employabilité de ses salariés, ces actions de formation, dites aussi de prévention, sont réalisées à son initiative dans le cadre du plan de développement des compétences pour anticiper et répondre à l’évolution des techniques et structures de l’entreprise, et ainsi prévenir les risques d’inadaptation des salariés face au changement.

    Elles se déroulent donc sur le temps du travail du salarié qui ne peut la refuser, et donnent lieu au maintien de sa rémunération. 

    Voici quelques exemples de formations d'adaptation au poste de travail :

    • Se former à un nouveau logiciel informatique ;
    • Apprendre l’anglais parce que l’entreprise développe une clientèle étrangère ; 
    • Renouveler les habilitations de sécurité nécessaires au poste de travail ;
    • Répondre aux nouvelles normes ;

    Actions de formation liées au développement des compétences

    On parle d'actions destinées à développer les compétences lorsque les expertises acquises en formation ne sont pas exclusivement utilisables dans le cadre du poste de travail actuel du salarié. Ces actions offrent la possibilité à l’employé d’évoluer hiérarchiquement ou dans un métier ou dans une autre entreprise.

    Ces actions de formations peuvent être un souhait du salarié pour faire évoluer sa carrière ou répondre à un besoin de l’employeur dans le cadre de la gestion des compétences de l’entreprise à court, moyen ou long terme.

    Elles peuvent donc se réaliser hors du temps de travail, si tel est le choix du salarié qui pourra monopoliser son CPF pour les financer, soit pendant le temps de travail ( qui donnera alors lieu au maintien de la rémunération). 

    Ces actions sont de quatre types :

    Les actions de formation à proprement parlé

    L’action de formation se définit comme un parcours pédagogique permettant d'atteindre un objectif professionnel. Elle peut être réalisée en tout ou partie à distance. Elle peut également être réalisée en situation de travail (article L6313-2 Code du travail)

    Les bilans de compétences

    Le bilan de compétences permet à l'individu de d'analyser et d'évaluer ses compétences professionnelles et personnelles, ainsi que ses aptitudes et ses motivations.

    La validation des acquis de l'expérience

    Toute personne engagée dans la vie active depuis au moins un an peut faire reconnaître son expérience, et la transformer en diplôme, titre ou CQP via la VAE

    L’apprentissage avec la promotion par alternance Pro-A

    La reconversion ou la promotion par alternance (ex-période de professionnalisation), dite Pro-A, vise à favoriser, par une formation en alternance, le maintien dans l'emploi des salariés les moins qualifiés.

    Toutes ces actions anticipent une évolution des fonctions du salarié et ont pour objectif l’acquisition de nouvelles compétences.

    Voici quelques exemples de formations liées au développement des compétences :

    • Former un salarié aux techniques managériales avant sa prise de poste de chef d’équipe,
    • Réaliser un complément de formation à un technicien pour qu’il devienne un expert dans son domaine,
    • Apporter une nouvelle compétence à un salarié pour qu’il soit polyvalent.

    Les actions de formation liées à la reconversion ou à la réinsertion professionnelle

    Essentiellement mise en place à l’initiative du salarié, ces actions n’entrent pas dans le champ de la qualification du salarié au moment où il se forme, et sont utilisées majoritairement quand le contrat de travail est ou va être rompu (suite à une démission par exemple) ou mis en danger (licenciement).

    Ces actions peuvent non seulement permettre de changer de métier mais également de se réinsérer professionnellement. 

    La plupart du temps, le salarié mène ces actions en dehors de son temps de travail en monopolisant son CPF pour financer son action de formation (FOAD, cours du soir, bilan de compétences, VAE) ou en ayant recours à des aides spécifiques de Pôle Emploi… Il peut également sollicité auprès de son employeur un congés comme dans le cas du CPF de transition professionnelle ou du congés de bilan de compétences.

    Le salarié peut également solliciter son employeur dans le cas où son contrat de travail est menacé (licenciement économique, mésentente…) pour activer le Plan de Développement des Compétences ou avoir recours à l’outplacement.

    Voici quelques exemples de formations liées :

    • Réaliser un bilan de compétences pour définir un projet de reconversion ;
    • Obtenir une VAE pour pouvoir changer d’entreprise et favoriser son employabilité sur le marché du travail ; 
    • Acquérir une qualification (certification, titre professionnel ou habilitation) pour exercer dans une profession spécifique ;
    • Apprendre un nouveau métier.

     

    Ainsi, les différents moyens mis en place par la législation française pour favoriser la formation professionnelle permettent, à la fois au salarié et à l’employeur, de pouvoir faire évoluer les compétences tout au long de la vie professionnelle d’un employé.

     

    Photo by Element5 Digital on Unsplash


    Publié le 28 Mai 2020
    Envie de
    changer de métier ?
    c'est parti