6 étapes pour conjuguer licenciement et reconversion

Sommaire

    Si le licenciement est souvent vécu comme une période sombre engendrant sentiment d'échec, de frustration et remise en question, il peut également annoncer le commencement d’une nouvelle ère et devenir l’occasion de se lancer dans de nouvelles aventures.  

    Alexander Graham Bell disait à ce sujet que “Lorsqu'une porte se ferme, il y en a une qui s'ouvre. Malheureusement, nous perdons tellement de temps à contempler la porte fermée, que nous ne voyons pas celle qui vient de s'ouvrir.”

    Alors, pourquoi ne pas saisir cette occasion pour écrire une nouvelle page de votre vie professionnelle ?

    6 étapes pour conjuguer licenciement et reconversion

    Surmonter cette épreuve

    Si pour certains quelques jours seront suffisants pour d’autres il faudra plusieurs semaines pour se remettre d’une telle nouvelle surtout quand on s’est investi corps et âme dans son métier durant des années. 

    Entre sentiment d’injustice et angoisse de ne pas retrouver d’emploi assez rapidement, se faire remercier peut être une épreuve extrêmement douloureuse à vivre. Il faut donc dans un premier temps accepter de se laisser le temps de digérer cette annonce et de prendre du recul pour tourner la page.

    Si cette période à vide est tout à fait normale, il ne faut toutefois pas qu’elle s’éternise au risque de rentrer dans une phase de dépression dont il pourra être compliqué de s’extirper.

    Pour parvenir à surmonter cette épreuve, il est important de :

    Comprendre les raisons de ce licenciement

    Même si de prime abord nous aurons toujours tendance à penser que nous n’y sommes pour rien et que c’est l’entreprise qui souhaitait simplement se débarrasser de nous, rare sont toutefois les licenciements sans motif réel et sérieux. Se séparer d’un de ses éléments n’est jamais une partie de plaisir pour un DRH qui doit assumer le fait de mettre une personne au pied du mur.

    Mais attention, cela ne signifie pas forcément que vous soyez fautif. De nombreux facteurs exogènes peuvent engendrer des licenciements : contexte économique compliqué, changement de stratégie de l’entreprise, rachat... 

    Savoir relativiser est important pour comprendre les vraies raisons d’un licenciement et savoir si oui ou non, nous aurions pu l’éviter.  

    Lister les aspects positif de notre ancien travail

    Je vous l’accorde. Quand on vient de se faire remercier après de nombreuses années de bons et loyaux services, voir les bons côtés de notre ancien poste peut s’avérer compliqué. Mais là encore, ce travail est nécessaire pour surmonter cette épreuve et surtout, commencer à appréhender le fait que nous pourrions envisager une réorientation complète.  

    Tout d’abord, commencer à lister ce que vous avez acquis comme compétences et connaissances qui pourraient être utiles par la suite. Vous a-t-il aussi offert l'opportunité de rencontrer des personnes intéressantes, de vous créer un réseau professionnel, de voyager ? Peut-être y avez-vous rencontré votre conjoint. Cela aurait-il été le cas sans ce travail ?

    Etudier les aspects positifs de ces années passées seront bénéfiques à votre épanouissement futur et si ça trouve, vous vous direz ensuite que finalement, c’était un mal pour un bien.

    Ne pas avoir honte d’avoir été remercié

    Très souvent, les demandeurs d’emploi se demandent comment aborder la question du licenciement autour d’eux surtout vis-à-vis d’un futur employeur potentiel. A tel point parfois que cela devient un sujet tabou à ne pas aborder, un vrai sentiment de honte ou de culpabilité.

    Pour quelles raisons ? Mis à part si votre licenciement provient du fait que vous avez poussé votre collègue du troisième étage, qu’y a-t-il de honteux à vivre cette expérience ? 

    Ainsi que nous l’avons abordé plus haut, comprendre les raisons profondes de son licenciement vous permettra également de surmonter cette gêne d’en parler.

    Un licenciement est certes un événement pas des plus agréables mais fait aujourd'hui partie intégrante des chemins de carrière de plus en plus de personnes. Les recruteurs se montrent d’ailleurs de plus en plus compréhensifs face à ces accidents de parcours qui peuvent se révéler devenir de vrais révélateurs de talents cachés.

    De plus, si esquiver cette question dans une lettre de motivation est facile, il n’en sera pas de même quand il faudra expliquer le trou dans votre CV.

    Donc plutôt que de se terrer au fond d'un trou en espérant que personne ne vous remarquera, voici 4 astuces pour dédramatiser la situation :

    Expliquer la vraie raison de ce licenciement

    Il s’agit de l’expliquer simplement et avec sincérité sans chercher à se justifier. Éviter les histoires qui tôt ou tard vous reviendront au visage. 

    Expliquer ce que vous ressentez

    Soyez sincère dans l’explication de votre ressenti. Vous êtes vexé, frustré, déçu ? Pas besoin de faire croire que cela ne vous atteint pas car vous êtes humain et si votre métier vous tenez à coeur, il est normal d’être blessé dans son fort intérieur. Vous vous sentez soulagé ? Dites-le également car c’est peut-être ce sentiment qui vous poussera à la reconversion.

    Expliquer vos projets, vos ambitions

    Un licenciement n’est pas une fin en soi mais plutôt une occasion de découvrir de nouveaux horizons. Saisissez cette chance pour élaborer des projets et le présenter autour de vous.

    Restez maître de la situation

    Nombreuses sont les personnes de votre entourage qui, pensant bien faire, vous apporteront leur petit conseil. Sauf qu’à vouloir trop bien faire vous risquez d’être perdu dans ce flot d’informations. Sachez donc restez maître de vos décisions et vous diriger vers les professionnels adéquats pour vous guider. 

    Définir son nouveau projet professionnel

    Sauf à retrouver un emploi très rapidement et dans ce cas, bien souvent le même, un licenciement est une période propice à la réflexion et la définition de nouveaux projets professionnels. 

    Dans un premier temps, vous allez réaliser votre bilan personnel qui aura finalement pour objectif de vous faire prendre conscience si vous devez cherchez un emploi pour le même métier ou si vous devez envisagez une reconversion professionnelle ?

    Souvent négligé, le bilan personnel est avant tout une autoévaluation honnête durant laquelle vous vous posez les questions qui peuvent contribuer à votre croissance.

    Pour vous aider dans votre progression, vous pouvez également vous aider du web car si tout n’est pas à prendre pour argent comptant, il n’y a plus à prouver qu’Internet est une vraie mine d’or pour trouver des informations et de nombreux sites très sérieux vous apporteront de précieux conseils.

    Cependant, nous avons souvent besoin d’être accompagné et épaulé par des professionnel pour nous assurer de prendre les bonnes directions, comprendre les tenants et aboutissants et finalement, nous rassurer. 

    Pour ce faire, de nombreuses solutions sont là pour vous aider :

    Des professionnels (coachs, CEP…)

    Savoir comment améliorer sa qualification, évoluer professionnellement ou sécuriser son parcours professionnel peut sembler bien flou pour beaucoup. Pour vous aider à y voir plus clair, de nombreux professionnels sont à votre écoute moyennant finance ou pas :

    Réaliser un Bilan de compétences

    Défini par le code du travail, ce bilan est un dispositif individuel d’accompagnement qui relève de la formation continue. Il a pour mission de faire le point sur son parcours et sa personnalité afin de définir un projet professionnel, que ce soit pour changer de métier, un projet de formation, d’évolution professionnelle ou de recherche d’emploi.

    Participer à des événements

    Quand on cherche des informations sur les métiers, les formations, les évolutions professionnelles, les opportunités de carrière... vous pouvez vous diriger vers les salons, les forums ou encore les journées portes ouvertes.

    Profiter de sa période de chômage pour se former

    Après avoir perdu votre travail, vous pouvez accroître vos chances de retrouver un emploi en complétant votre formation initiale, en actualisant ou en approfondissant vos compétences dans un domaine précis, ou en préparant une reconversion professionnelle. Dans tous les cas, il vous faudra passer par la case formation. 

    Mais qui dit formation dit coûts. Heureusement, de nombreuses solutions existent pour assurer son financement.

    Financement collectif 

    Quand la formation est directement payée par la Région, Pôle emploi ou une collectivité locale, on dit que le financement est collectif. Dans ce cas, la formation est gratuite pour ceux qui la suivent.

    BTS, licence ou actions de lutte contre l’illettrisme, les type de formations financées sont nombreuses.

    Financement individuel 

    Quand la formation souhaitée n’est pas prise en charge collectivement, il peut être possible d’obtenir un financement individuel  de Pôle Emploi directement :

    • Action de formation conventionnée" (AFC)
    • Action de formation préalable au recrutement (AFPR) 
    • Aide de Retour à l’Emploi Formation (AREF)
    • Rémunération de fin de formation (RFF ou R2F)

    A lire aussi : Aides pour la reconversion professionnelle d'un demandeur d’emploi

    Compte personnel de formation

    Pour préparer votre reconversion professionnelle, vous avec la possibilité d'utiliser le budget disponible de votre compte personnel de formation (CPF). 

    A lire aussi : Découvrir le Compte Personnel de Formation

    S’appuyer sur son réseau professionnel

    Vous vous êtes constitué un réseau tout au long de votre parcours professionnel et peut être même un nouveau durant votre période chômage. C'est le moment de le mettre à profit pour pouvoir faire des stages ou trouver une opportunité de recrutement.

    Pour cela, définissez les réseaux sur lesquels vous souhaitez avoir une présence et entretenez-les régulièrement. 

    Au final, quelle que soit la manière dont vous prenez ce licenciement, vous pouvez le transformer en véritable opportunité de reconversion professionnelle.


    Publié le 21 Févr. 2020 , et mis à jour le 25 Avr. 2020
    Envie de
    changer de métier ?
    c'est parti