Entretien d'embauche : 12 erreurs à éviter

Trouver un emploi peut être compliqué alors autant éviter de rater son entretien d’embauche en tombant dans l’une de ces erreurs courantes.

Entretien d'embauche : 12 erreurs à éviter

Suite à votre reconversion, vous avez réussi à décrocher un entretien d’embauche. Félicitations ! 

Mais attention. Même en vous préparant au mieux à ce que vous devez faire ou dire lors de celui-ci, connaître les erreurs courantes dans lesquelles de nombreux candidats tombent involontairement est important. En effet, lors d’un entretien d’embauche, certains comportements peuvent vous faire gagner des points, tandis que d’autres devenir éliminatoires.

Voici une sélection des erreurs impardonnables en entretien d’embauche.

Arriver en retard

Cela semble évident et pourtant, ne pas respecter les horaires d'un entretien  d’embauche envoie immédiatement un message négatif au recruteur. Gardez à l’esprit que le premier contact est primordial et que vous n’aurez que rarement une seconde chance. En effet, le recruteur va immédiatement penser que vous le serez également au travail, que vous ne savez pas gérer votre temps ou que finalement, l’offre n’a pas assez d’importance à vos yeux pour que vous preniez vos dispositions.  

La ponctualité est un signe de professionnalisme. Ne le négligez pas. L’idéal est d’arriver 10-15 minutes à l’avance pour éviter d’arriver à bout de souffle… et en sueur.

Oublier les règles de politesse essentielles

Bonjour, s’il vous plaît, merci, au revoir. Dès le plus jeune âge, on nous enseigne ces règles de bienséance. Il serait vraiment dommage que vous perdiez votre savoir-vivre le jour de votre entretien d’embauche. Alors oui, le stress peut parfois faire perdre ses moyens et oublier la politesse de base. Mais passer l'entretien en oubliant le B-A-BA de la courtoisie est bien évidemment un faux pas impardonnable.

Souffler un grand coup avant de franchir la porte, éteignez votre portable et saluez tout le monde sur votre chemin de la secrétaire au recruteur.  

Arriver en mode touriste

Que ce soit votre manque d’enthousiasme révélateur de votre déception d’avoir accepté de vous rendre à cet entretien par dépit, votre tenue vestimentaire qui laisse à désirer ou votre hygiène personnelle déplaisante (mauvaise haleine, mains sales…), n’oubliez pas que vous n’aurez pas de seconde chance. Et si finalement ce poste peu alléchant se révélait, au beau milieu de l’entretien, être passionnant ?

Donc, on sort son plus beau sourire, on se met sur son 31 sans en faire trop non plus, on ne fume pas juste avant de rentrer en entretien, on y va mollo sur l'after shave et on prend une pastille de menthe si on vient de boire un café. Vous verrez, tout va bien se passer.

Fuir le regard du recruteur

Quoi de plus déplaisant quand on parle à quelqu’un que de s’apercevoir qu’il ne vous regarde jamais dans les yeux. Ce comportement peut amener le recruteur à imaginer  que vous n’avez aucune confiance en vous ou que vous êtes en train de lui mentir. 

A contrario, le fixer avec insistance sera tout aussi néfaste pour votre embauche car vous risquez de le mettre mal à l’aise. Essayez de trouver un juste milieu.

Faire l’impasse sur la préparation

On rejoint un peu le mode touriste. Les recruteurs attendent des candidats qu’ils se soient préalablement renseignés sur les activités de l’entreprise et sa culture. Compter sur l’improvisation est extrêmement risqué. Une préparation négligée engendre forcément du stress et un malaise. 

Renseignez-vous également sur le poste auquel vous postulez. Listez vos questions et anticipez celles qui vous seront posées. Plus vous serez préparé, plus vous aurez l’air professionnel et motivé aux yeux du recruteur.

Pour montrer votre sérieux, arrivez avec votre CV (voir plusieurs copies) papier pour le donner de nouveau au recruteur et prenez des notes ! Pensez donc au bloc-notes et au stylo.

Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test

Mentir

Embellir son parcours, c'est tentant. Mais comment voulez-vous que le recruteur instaure une relation de confiance avec vous s’il s’aperçoit que vous lui mentez dès le début. Et à ce jeu là, ils sont très forts pour déceler les petits malins qui penseraient passer à travers les mailles du filet. Un mensonge, même petit, vous mettra dans une situation d'inconfort et rendra votre discours bancal. N’oubliez pas qu’on peut obtenir beaucoup d’info sur internet et en téléphonant aux anciens employeurs.

Dénigrer son ancien employeur ou ses anciens collègues

Et oui, même si vos collègues avaient tendance à saler votre café, on ne dit pas du mal de son ancienne entreprise. Après tout, le recruteur n’était pas là pour vérifier que vous dites vrai. Si vous devez évoquer le passé, restez le plus factuel possible, sans être dans le jugement.  

Avoir la langue trop bien pendue

Vous avez bien préparé votre entretien et êtes peut-être impatient de déballer toutes les réponses aux questions que vous avez anticipé. Mais attention de ne pas tomber dans l’excès et d’en oublier d’écouter votre interlocuteur. Vous risqueriez de tomber dans le hors sujet ou la familiarité. Vous n’êtes pas en face d’un psychologue qui vous demande d’étaler votre vie entière mais d'un recruteur dont le temps est certainement compté. Contentez-vous de répondre aux questions que l’on vous pose sans vous lancer dans des monologues ou faire de digressions inutiles, surtout sur votre vie personnelle.  

Être arrogant et trop sûr de soi

Avoir confiance en soi est une bonne chose mais attention car trop de confiance peut faire basculer dans l’arrogance. A force de lister vos qualités ou votre expérience, vous perdez toute crédibilité. Ne vous attribuez pas le mérite de toutes les réussites lors de vos précédents postes. Sachez faire preuve d’un minimum d’humilité.

Attention toutefois à ne pas tomber dans l'excès inverse et de trop jouer les modestes. Cela peut être interprété comme un manque d’honnêteté. 

Ne poser aucune question

Une fois l’entretien terminé, le recruteur va vous demander si vous avez des questions.  Et là, un léger moment de panique s’empare souvent du candidat. Quelles questions puis-je poser sans sembler trop insistant, trop familier… ?

Mais il est important de poser des questions car aussi simple soit-elle, elle traduira votre intérêt pour le poste et la société.

Lorsque l’on prépare son entretien en amont, il est bien de préparer quelques questions à poser en fin d’entretien.

Rester passif

Vous êtes en entretien d’embauche et qui dit entretien, dit échange, discussion, questions… bref, un minimum de dynamisme à avoir. Si vous restez passif, avachi sur votre siège, il y a fort à parier que votre recruteur abrégera rapidement l’entrevu face à tant de désinvolture. Tenez-vous droit, ne croisez pas les jambes et mettez vous bien face au recruteur pour montrer votre motivation et votre intérêt. 

Ne pas préparer les questions pièges

Non, les recruteurs ne sont pas des barbares prenant un malin plaisir à vous piéger avec des questions tordues mais il va tester votre répartie, votre motivation et votre écoute. Pour cela, il peut poser des questions un peu embarrassantes pour voir comment vous réagissez. Heureusement, ces questions sont assez courantes et vous pouvez les retrouver dans notre article dédié : Comment déjouer les questions pièges lors d'un entretien d’embauche ?

Pour approfondir
Entretien d’embauche : 5 arguments imparables pour valoriser votre reconversion professionnelle
Comment valoriser votre reconversion en entretien d’embauche ?
10 astuces pour réussir un entretien d’embauche suite à une reconversion professionnelle ?
Réussir un entretien d’embauche suite à une reconversion
13 astuces pour décrocher un entretien d’embauche et trouver rapidement un emploi
Trouver rapidement un emploi après une reconversion
Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test