La reconversion professionnelle peut-elle se passer de la formation ?

La reconversion professionnelle peut-elle se passer de la formation ?
Sommaire

C'est un fait : le besoin d’une formation – continue ou professionnelle – se crée et se développe inéluctablement dans l’esprit collectif de l’écrasante majorité des candidats à la reconversion professionnelle. L’utilité de cette formation est si profondément ancrée en eux que ces derniers en font un préalable indispensable, voire obligatoire, au succès de leur projet de changement de métier, d’évolution professionnelle ou de création d’entreprise.

Mais est-ce une réalité ou une idée reçue ? Découvrez sans attendre la réponse qui, toutefois, peut vous intriguer !

Pourquoi la formation professionnelle et la formation continue mystifient-elles le monde de la reconversion professionnelle ?

Même si elles se fondent sur des besoins différents liés aux apprenants, la formation continue et la formation professionnelle ont une même finalité.

La formation continue : pourquoi et à qui est-elle destinée ?

L’objectif professionnel le plus recherché par un demandeur d’emploi, un jeune adulte ou un salarié réside dans une employabilité encore plus renforcée et plus productive. Cet objectif, atteignable à travers une formation complémentaire ou toute autre formation, peut être "personnel" (si initié par l’employé), ou proposé par l’employeur (dans son élan de maintien et de développement de compétences au sein de son entreprise).

La  formation continue fait partie de la formation professionnelle dans le sens le plus large du terme. De par son adaptabilité à l’évolution économique et sociale, elle fait rêver tant de personnes éligibles et candidates à la reconversion professionnelle. 

La formation professionnelle : pourquoi et à qui est-elle destinée ?

En se gardant de restreindre son sens, la formation professionnelle est un moyen d’acquisition d’un savoir-faire et d’un certain nombre de connaissances spécifiques et nécessaires à l’exercice d’un métier – ou d’un nouveau métier.

Ainsi, de l’adolescent en quête d’une éventuelle orientation professionnelle bien définie à l’adulte à la recherche d’une qualification ou d’une évolution professionnelle, l’issue ultime reste – pour l’un et l’autre – la formation professionnelle.

Quelle est la finalité commune à la formation continue et à la formation professionnelle ?

En somme, la finalité d’une formation (continue ou professionnelle) se résume à l’acquisition ou à l’approfondissement des compétences, des aptitudes professionnelles et des connaissances techniques et non-techniques de l’apprenant. De ce fait, l’objectif qui y est recherché par le futur reconverti professionnel est de pouvoir être compétent, performant et compétitif sur le marché de l’emploi. Mais cette formation joue-t-elle réellement son rôle ? Est-elle vraiment utile, du moins indispensable à un projet de reconversion professionnelle ?

La formation est-elle réellement indissociable de la reconversion professionnelle ?

Idéalement, la formation professionnelle doit répondre omniprésente lorsqu'il s’agit de lutter contre le chômage et de sécuriser toute transition professionnelle. Mais dans les faits, la réalité est toute autre.

La formation professionnelle est-elle une formation "pourrie" par un système dysfonctionnel ?

La réponse à cette question – tirée du constat amer de la "consultation citoyenne sur la formation professionnelle" initiée en 2018 par "La République en marche" –, est plutôt positive. Du reste, les statistiques liées à cette consultation en disent long sur le dysfonctionnement du système de ladite formation.

Et pour cause : les 25 milliards d’euros investis annuellement en France n’auraient permis qu’à "fabriquer" une formation professionnelle de toutes pièces, contrôlée par un système jugé (par les 23 500 personnes consultées), soit de :

  • Opaque (par 60 % des consultés, du fait de la rétention d’informations quant à l’existence de cette formation) ;
  • Injuste (du fait de son caractère discriminatoire quant à son accès, excluant donc les personnes qui ont le plus besoin d'une formation continue) ;
  • Inefficace (par 78 % des questionnés, qui pensent que les formations sont inutiles car loin d'être en phase avec les besoins professionnels réels des apprenants).

Les conclusions de la consultation menée par La République en marche sont assez éloquentes. Mais au-delà de ces conclusions, il existe d’autres facteurs qui démystifient la formation en tant que passage obligatoire à la reconversion professionnelle.

La formation professionnelle : une formation "généraliste" et imposée ?

Les bénéficiaires de l’enseignement dispensé par le système français subissent des formations "préconçues" et destinées au développement des compétences bien précises. Les salariés et les demandeurs d’emploi en reconversion ne peuvent, malheureusement, qu’être dans le même moule, détournés de leur psychologie du moment.

Un problème se pose alors : en lieu et place d’une formation qui se veut personnalisée, ces derniers doivent souvent se contenter d’un enseignement presque généraliste, conçu pour le commun des apprenants. Le résultat est alors tellement en déphasage avec leurs besoins que (galvanisés par une formation jugée souvent de mauvaise qualité), ils sont le plus souvent loin d'être à la hauteur de leur mission et des attentes de l’employeur (qui espérait une spécialisation de la part de sa nouvelle recrue).

Ainsi, la vérité est que, telle qu’elle est dispensée aujourd'hui, la formation (continue) est certes un mal nécessaire mais de par son inefficacité courante et son caractère déconnectant des réalités professionnelles, elle peut être mise à l’écart d’un projet de reconversion professionnelle.

Le bilan de compétence : un indispensable à la formation?

Si vous deviez malgré tout vous former (pour une raison ou pour une autre qui vous est propre), ne vous lancez pas tête baissée. Pensez d’abord, à faire le point sur votre situation et vos compétences actuelles. Pour cela, un bilan de compétences pourra être un excellent préalable. Cela mettra à nu vos forces et faiblesses en matière de connaissances et d’aptitudes, et, conséquemment, vos besoins réels en formation (personnalisée), y compris l’organisme de formation qui répond le plus précisément possible à ces besoins. Ledit bilan vous rassurera également quant au choix du cadre de travail susceptible de vous garantir un épanouissement professionnel certain.

Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test

La reconversion professionnelle admet-t-elle une alternative à la formation professionnelle ?

Vouloir se former, en prélude à votre reconversion professionnelle, peut être une décision salutaire. La formation peut en effet être, dans une certaine mesure, la clé d’une reconversion professionnelle. Cela est d’autant vrai que certaines reconversions – comme celles préparant au métier du numérique et du Web, par exemple –, exigent des soft skills et des compétences techniques spécifiques. Celles-ci peuvent être acquises, en amont, dans une formation.

Autrement, il existe des alternatives à la formation professionnelle qui peuvent efficacement concourir à la réussite de votre projet de reconversion professionnelle.

La comptabilisation de vos hard skills et de vos soft skills

Vous avez, au cours de votre formation professionnelle initiale, acquis un certain nombre de compétences techniques – ou hard skills. À celles-ci s’ajoutent d’autres, qui (elles), ne s’apprennent pas forcement au cours d’un cursus scolaire, mais qui relèvent plutôt de vos qualités intrinsèques : les soft skills (capacités communicationnelles, force de conviction, diplomatie…).

Ces compétences, connaissances et aptitudes, couplées aux expériences acquises au cours de votre parcours professionnel, constituent un atout inestimable que vous pouvez encore améliorer et mettre à profit de votre nouveau métier en tant que reconverti professionnel.

La capitalisation de votre développement personnel

Vous êtes-vous rendu compte ? Vous avez un potentiel qui sommeille en vous et acquis au cours de votre développement personnel certaines qualités personnelles : confiance en vous, estime de vous, etc. Ces qualités, que vous avez su bien cultiver et entretenir, vous sont utiles à plus d’un titre : elles vous permettent de surmonter efficacement les défis qui peuvent se dresser sur votre parcours de reconverti.

La rationalité

Le temps et l’argent sont aujourd'hui deux choses incontournables pour se réaliser personnellement et professionnellement. Or, la formation vous en demande de plus en plus, avec possiblement un coût de formation trop élevé et la promesse inavouée d’un manque de reconnaissance professionnelle ou d’aboutissement professionnel.

L’idée ici est de dire que si vous tenez à ces deux choses, il va vous falloir faire un choix réfléchi. Il ne servira peut-être à rien de chercher l’excellence ou la performance dans la formation, à moins que celle-ci ne soit un enseignement véritablement personnalisé mais plutôt le meilleur retour sur investissement. 

 

Utile dans certains cas, inutile dans d’autres, l’importance de la formation peut être, pour la reconversion, une réalité ou une idée reçue. Mais une chose est sûre : se reconvertir ne rime pas toujours avec se former. Fiez-vous de ce fait à vos hard skills et à vos soft skills, concentrez-vous là-dessus et sur cette base, prenez assez le temps de préparer votre reconversion professionnelle et n’hésitez pas à vous faire accompagné pour mener à bien votre projet.

Pour approfondir
Les 8 idées reçues les plus courantes sur la formation pour adultes
Idées reçues sur la formation pour adultes
Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test