Quelles sont les missions du météorologue ? Quelle formation suivre pour exercer ce métier ? Quels sont ses débouchés et son salaire ? Les réponses vous sont apportées par cette fiche métier de météorologiste.

Sommaire

    Métier de météorologue

    Ils nous sont indispensables pour prévoir nos week-ends et sont également ceux sur qui on peste quand il pleut. Le météorologue est le spécialiste du temps qu’il sait prévoir plusieurs jours à l’avance. Si ce métier vous intéresse et que vous hésitez à vous lancer, cette fiche métier devrait vous apporter quelques points d’éclaircissement sur sa mission, sa formation ou encore son recrutement pour réussir votre reconversion.

    Météorologue : qu’est-ce que c’est que ce métier ?

    Le météorologiste est un spécialiste des sciences météorologiques qui étudie les facteurs météo-climatiques, participe à la recherche et à l'établissement des prévisions climatiques. 

    Vents, températures, humidité de l’air et pressions atmosphériques n’ont aucun secret pour lui. En effet, à partir de ces données météorologiques, ce professionnel tire des informations exploitables pour apporter une prévision météorologique dans une zone donnée.

    Le météorologiste est également un expert indispensable pour prévenir de certains risques ou catastrophes naturelles comme les ouragans, les orages, ou les avalanches.

    Pour l’aider, il s’appuie sur des satellites, des radiosondes ou encore des ordinateurs. Ses analyses sont précieuses pour les professionnels de l'aviation, de la sécurité civile ou de l'agriculture mais également pour les particuliers.

    Attention à ne pas le confondre avec les présentateurs météo qui eux, retranscrivent les informations du météorologue et sont en majorité des journalistes.

    Les missions du météorologiste

    Relever les informations

    En utilisant du matériel sophistiqué tels que des satellites, des stations automatiques, des radiosondes…, le météorologiste effectue des relevés à la surface de la Terre et dans l'atmosphère et étudie les changements qui se produisent : anticyclones, vents, pressions, humidité de l'air…

    Analyser des données

    Une fois en possession de ces données, le météorologiste doit les interpréter pour prévoir le plus précisément possible l’évolution du climat à court ou moyen terme. Ces informations sont ensuite communiquées aux professionnels et au grand public. 

    Anticiper les risques

    Le météorologue est indispensable pour anticiper certains risques climatiques (inondations, avalanches, incendies, pollution, ouragans…). Leur expertise permet de protéger les populations en les prévenant du danger suffisamment tôt.

    Où exerce le météorologue ?

    Quasiment tous les recrutements se font auprès de Météo France. Les météorologistes sont donc des fonctionnaires. Une partie des futurs météorologistes sont formés directement au sein de l'ENM (École nationale de la météorologie) à Toulouse, par Météo France.

    Dans quelques rares occasions, le CNRS, l'Inra (Institut national de la recherche agronomique), le Cnet (Centre national d'études des télécommunications), des universités ou le secteur aéronautique recrutent.

    Conditions de travail du météorologiste

    Le météorologue travaille la plupart du temps devant un ordinateur. Toutefois, il peut devoir voyager à l'autre bout du monde pour observer certains événements climatiques pour des missions de longue durée et supporter de longues périodes d'isolement. 

    Il doit également accepter de travailler de nuit, les weekends ou les jours fériés.

    Tendance de la profession

    La formation de météorologue est exigeante et le concours offre chaque année un nombre très limité de places.

    Formations météorologiste

    Pour accéder au métier de météorologiste, il faut impérativement passer le concours de l'École Nationale de la Météorologie (ENM), à Toulouse. 

    Vous pouvez décrocher :

    • le titre de technicien supérieur exploitation (TSE) de la météorologie ou celui de technicien supérieur instruments et installations (TSI) de la météorologie au bout de 2 ans de formation. Pour accéder à cette formation, il faut disposer au minimum d’un bac Ès ou un bac techno STI2D spécialité systèmes d'information et numérique.
    • Le titre d’Ingénieur Météorologiste en 3 ans (une fois l’un des deux diplômes précédents en poche). Accès possible en 1re année, à la sortie des classes préparatoires aux grandes écoles (filières MP, PC, PSI) par concours commun TPE (travaux publics de l'État) sur banque d'épreuves écrites Mines-Ponts. Accès en 2e année pour les étudiants ayant validé une 1re année de master scientifique ou équivalent.

    Qualités requises pour devenir météorologue

    Avant tout, le météorologue est un scientifique. Il doit donc posséder une forte appétence et des compétences certaines en mathématiques, sciences, modélisation mais également en géographie. Comme tout scientifique, son goût pour l'observation et la recherche du détail doivent être omniprésents.

    À cela doit s’ajouter un esprit logique, d’analyse et de synthèse pour interpréter les données.

    Un bon météorologue maîtrise également à la perfection la langue de Shakespeare car l’anglais est la langue internationale de la météo.

    Évolutions possibles du météorologiste

    En travaillant à Météo France, le météorologiste peut (sur concours) évoluer vers un poste d'ingénieur des travaux de la météorologie après trois ans d'ancienneté.

    Salaire du météorologue

    Le technicien de Météo France débutant gagne environ le SMIC. En devenant ingénieur, cette rémunération débutera à environ 1 900€ bruts par mois auxquels il faut ajouter les primes.

    Envie d’une reconversion en tant que météorologue ?

    Avantages 

    • une sécurité de l’emploi certaine en tant que fonctionnaire et un salaire motivant, sans compter les avantages spéciaux lors des missions
    • pour les personnes attirées par la science, c’est un métier complet car il englobe tous les aspects : chimie, physique, mécanique des fluides, mathématiques, SVT…

    Inconvénients d'une telle reconversion 

    • peu de places disponibles
    • métier méconnu souvent confondu avec les présentateurs météo

    Compétences de base indispensables pour se lancer

    Savoir

    • Mathématiques
    • Aérologie
    • Climatologie
    • Techniques de modélisation
    • Modélisation spatiale
    • Appareils de mesures météorologiques
    • Logiciels d'imagerie météorologique
    • Système d'Information Géographique (SIG)
    • Télédétection
    • Analyse spatiale
    • Analyse statistique
    • Traitement numérique
    • Techniques de numérisation
    • Outils bureautiques

    Savoir-faire

    • Contrôler la conformité d'un équipement, d'une installation
    • Détecter un dysfonctionnement
    • Observer un phénomène météorologique
    • Effectuer un relevé d'observations météorologiques
    • Traiter une information météorologique recueillie
    • Analyser un phénomène météorologique
    • Interpréter des résultats météorologiques
    • Établir des prévisions météorologiques à courte ou moyenne échéance
    • Réaliser des documents techniques de météorologie
    • Communiquer des données météorologiques ou océanographiques à un utilisateur

    (Source : Code ROME Pôle Emploi)

    Par où commencer sa reconversion de météorologiste ?

    Changer de métier au profit de celui de météorologiste n'est pas assimilable à une opportunité que vous pouvez saisir au "bon moment". C'est un projet, comme tout autre, que vous devez anticiper en prenant le temps nécessaire. Comme le disait Arthur Ashe, "une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation"…

    Vouloir se former, en prélude à votre reconversion professionnelle de météorologiste, peut être une décision salutaire surtout si vous n’avez aucune des formations initiales précédemment listées ou des compétences indiquées ci-avant.

    La formation peut en effet être, dans une certaine mesure, la clé d’une reconversion professionnelle en tant que météorologiste mais pas forcément car une chose est sûre : se reconvertir ne rime pas toujours avec se former.
    Le mieux est de prendre le temps de préparer votre reconversion professionnelle en faisant le point sur votre situation et vos compétences actuelles. Pour cela, faire appel à un expert en évolution professionnelle pourra être un excellent préalable. Cela mettra à nu vos forces et faiblesses en matière de connaissances et d’aptitudes, et, conséquemment, vos besoins réels en formation (personnalisée), y compris l’organisme de formation qui répondra le plus précisément possible à ces besoins.

    Comment financer votre reconversion ?

    Il existe différents dispositifs pour financer en tout ou partie votre reconversion.

    Salariés en CDI, en CDD ou en intérim

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • CPF de transition professionnelle  
    • Plan de développement des compétences 
    • promotion par alternance Pro-A

    Demandeur d’emploi

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • Aide Individuelle à la Formation (AIF) 
    • Contrat de professionnalisation

    Intérimaire

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • CPF de transition professionnelle  
    • Contrat de professionnalisation
    • FAFTT (Fonds d’assurance Formation du Travail Temporaire)

    Indépendant

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • FAF (fonds d’assurance formation)
    • Crédit d'impôt pour la formation des dirigeants d’entreprise

    Fonctionnaire

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • Congé de formation professionnelle (CFP)
    Article mis à jour le 14/08/2023
    Trouver votre formation
    Les métiers du secteur Biologie physique chimie