Quelles sont les différences entre un diplôme, un certificat et une qualification ?

Sommaire

     Différences entre diplôme, certificat et qualification ?

    Quand on envisage une reconversion professionnelle, la phase formation est quasiment inévitable pour acquérir de nouvelles compétences, améliorer ses connaissances ou tout simplement apprendre un nouveau métier. 

    Mais quand vient le moment de choisir celle-ci, 3 grands cas de figure se présente : obtenir un diplôme, une certification ou une qualification mais attention tous ces types de validation n'ont pas la même valeur.

    Le mot “diplôme” étant souvent utilisé à tort et à travers et les différents termes gravitants autour prêtant à confusion, découvrez les différences entre les 3.

    Les formations diplômantes

    Dispensées par des écoles, universités ou centres de formation spécialisés, les formations diplômantes permettent d’obtenir un diplôme d’Etat reconnu qui facilite l’évaluation de votre niveau par un potentiel recruteur : BP, CAP, Bac, BTS, Licence, Master...

    Ces formations sont accessibles à tous, du salarié au demandeur d’emploi en passant par les fonctionnaires ou les indépendants et elles permettent non seulement de se reconvertir mais également d’évoluer vers un poste plus important car presque tous ces diplômes peuvent être préparés dans le cadre de la formation continue pour adultes. 

    Les diplômes sont classés par niveau selon le nombre d’années d’études suivi. 

    Les formes prisent pour suivre ce type de formation sont variées : 

    • courte ou longue ;
    • en interne ;
    • à distance ;
    • dans un établissement ;
    • en alternant un emploi avec la formation concernée.

    Elles peuvent même être rémunérées.

    La validation des acquis de l'expérience (VAE) offre aussi l'opportunité d'accès à une formation diplômante par la dispense du niveau normalement requis pour y accéder.

    Les formations qualifiantes

    Le monde professionnel évolue rapidement surtout avec les nouvelles technologies. Pour y faire face et maintenir son employabilité, il peut s’avérer pertinent de suivre des formations complémentaires. En ce sens, la formation qualifiante apporte la solution en favorisant le développement de nouvelles compétences.

    Ces formations qualifiantes à visée professionnelle plus immédiate, permettent à tous les salariés (nouveaux ou déjà en poste) d'apprendre, de se perfectionner et d'accroître leurs capacités dans leur métier et donc d’évoluer.

    Contrairement aux formations précédentes qui sont sanctionnées par un diplôme, les qualifiantes ne le sont pas et ne permettent pas non plus l’obtention d’une certification. Néanmoins, elles peuvent parfois se voir attribuées une attestation de stage ou un document validant le suivi de la formation qualifiante reconnu sur le marché de l'emploi. 

    Cette attestation ne dispose d'aucune reconnaissance officielle contrairement à la formation continue diplômante qui donne la possibilité au stagiaire d'acquérir un diplôme d'État reconnu sur le plan national ou un titre homologué mais elle peut tout de même être reconnu au niveau professionnel lorsqu'une convention collective le prévoit mais aussi par Pôle emploi. 

    Suivie avant tout dans le cadre de la formation continue, ces formations ont pour objectif d’être immédiatement opérationnel dans son activité actuelle ou pour prétendre à un autre poste par l’apport de nouvelles compétences.

    Comme les formations diplômantes, elles peuvent être :

    • courte ou longue ;
    • en interne ;
    • dans un établissement spécialisés ;
    • en alternant un emploi avec la formation concernée

    Les formations certifiantes

    Les formations certifiantes sont des cursus courts à visée professionnelle qui s’adressent uniquement à un public déjà entré dans la vie active. Elles se soldent par la délivrance d’une certification reconnue par les branches professionnelles. A l’inverse des diplômes,  elles apportent des compétences sur un métier précis.

    Pour connaître la valeur d'une formation certifiante, on peut se reporter à des normes comme ISO, AFNOR... Celles-ci garantissent que la formation respecte certains critères de qualité.

    S’adressant donc avant tout aux salariés, deux catégories de formations certifiantes existent :

    Titres professionnels

    Délivrés par le ministère de l’emploi, via un organisme de formation, ces titres sont enregistrés au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Plus de 300 existent permettant de justifier du suivi d'une formation ayant permis d’acquérir certaines compétences et qualifications.

    Certificats de Qualification Professionnelle (CQP)

    Spécifique à la branche professionnelle par laquelle le certificat a été créé, cette formation est reconnue par les entreprises du secteur. Même s’ils ne sont pas officiellement reconnus par l’État, les entreprises les apprécient car ils correspondent à la réalité de leurs métiers et de leurs problématiques. 

    Attention tout de même. Étant dédiées à un métier précis, les formations certifiantes ne sont donc pas réellement adaptées à une personne cherchant à acquérir des compétences transversales lui permettant d'évoluer dans plusieurs secteurs d'activité.

    Les reconnaissances des formations

    Reconnaissances officielles

    RNCP

    Véritable référence, le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) répertorie les certifications professionnelles reconnues par l’Etat et les branches professionnelles. 

    Cette inscription est soit :

    • Automatique pour certains diplômes : CAP, Bac pro, BTS, DUT, licence, titre professionnel, BPJEPS, etc.
    • Demandée par l’école qui devra le renouveler régulièrement.

    Répertoire spécifique

    Un répertoire spécifique existe à côté du RNCP qui recense des certifications et habilitations correspondant à des compétences complémentaires exercées en situation professionnelle, qu’elles soient obligatoires ou non pour pouvoir travailler.

    Trois catégories de certifications peuvent y figurer :

    • celles qui répondent à une obligation réglementaire pour l’exercice d’une activité (CACES, habilitation électrique…)
    • celles qui correspondent à une norme de marché, exigée lors d’un recrutement à certaines fonctions (certification Microsoft, TOEIC…)
    • celles qui satisfont à une utilité économique et sociale, qui contribuent à la qualification (ex : fonction de tuteur)

    Pour information, les certifications enregistrées au répertoire spécifique ou au RNCP sont éligibles au CPF.

    Reconnaissances sur le marché du travail

    Certains centres ou écoles ne délivre pas de formations ayant une reconnaissance officielle mais sont très appréciées des recruteurs.

    L’intérêt du marché de travail pour telle ou telle formation, même sans reconnaissance d’état ou de branche n’est donc pas à négliger.

    Il ne faut donc hésiter à se renseigner.


    Publié le 23 Juil. 2019 , et mis à jour le 14 Mai 2020