Quelle formation pour les personnes en situation de handicap ?

Sommaire

    Le 1er janvier 2019, l'entrée en vigueur de la réforme sur la formation professionnelle a apporté de nombreuses évolutions. Pour les personnes en situation de handicap, mais aussi pour les travailleurs invalides et en arrêt de travail, l'accès à la formation est désormais simplifié. 

    Vous souhaitez en savoir davantage afin de mieux définir votre projet ? 

    Faisons le point sur les possibilités et sur les financements qui s'offrent à ceux qui veulent évoluer dans leur carrière professionnelle, ou encore changer de métier, avec un handicap.

    Formation des personnes handicapées

    Tout d'abord, qu’appelle-t-on un salarié handicapé ?

    Le terme de "travailleur handicapé" fait bien entendu l'objet d'une définition officielle. Selon celle-ci, un travailleur handicapé est une personne dont les possibilités d'obtenir ou de garder un emploi sont limitées par l'altération d'une ou de plusieurs fonctions physique(s), sensorielle(s), psychique(s) ou mentale(s). Si on souhaite faire valoir cette réalité dans le monde du travail, il est cependant nécessaire de disposer d'une RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé). La RQTH s'obtient en entreprenant des démarches auprès de la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées).

    Quels sont les droits des personnes handicapées en matière de formation ?

    S'agissant de formation professionnelle et en particulier de formation continue, les salariés en situation de handicap sont logés à la même enseigne que tous les autres salariés. Ils peuvent donc accéder à des formations tout au long de leur vie, que celles-ci soient financées par leurs employeurs ou bien par les branches professionnelles. 

    Quant aux personnes handicapées et demandeuses d'emploi, elles bénéficient des mêmes droits que les autres personnes inscrites à Pôle-Emploi. Elles ont donc accès à l'ensemble des actions de formation qui s'adressent à celles-ci. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez par exemple effectuer un stage et obtenir une rémunération : il suffit pour cela que le stage choisi soit agréé par l’État ou par la Région. 

    Notez enfin que les personnes en situation de handicap ont également la possibilité de faire un apprentissage, et cela sans limite d’âge. Leur contrat est alors aménagé en fonction de leur profil particulier, qu'il faille pour cela modifier la durée ou le déroulement de la formation, ou encore adapter le poste de travail. 

    Fonctionnant sur le principe de l'alternance, l'apprentissage associe une formation théorique (dispensée en centre de formation) et une formation pratique (en entreprise). Il favorise ainsi la meilleure insertion en milieu professionnel.

    Des formations courtes et ciblées pour mieux évoluer

    Pour progresser professionnellement sans pour autant changer de métier, les formations courtes ou complémentaires sont les plus appropriées. 

    Destinées à répondre à des besoins précis, elles s'adressent à ceux qui souhaitent se perfectionner pour évoluer dans leur domaine actuel, qu'ils soient reconnus travailleurs handicapés ou non. 

    Les formations de courte durée portent généralement sur des thèmes bien délimités :

    • remise à niveau en anglais professionnel,
    • formation à un logiciel informatique,
    • entraînement à la prise de parole en public...

    Reconversion : quelles sont les solutions proposées aux personnes handicapées ?

    Plus exigeante que le perfectionnement, la reconversion exige de suivre une formation plus longue, et en général d'obtenir un diplôme supplémentaire. 

    Les salariés en situation de handicap qui souhaitent se reconvertir peuvent profiter de plusieurs solutions pour changer de voie. 

    Parmi les plus intéressantes, on peut citer :

    • le projet de transition professionnelle,
    • le contrat de rééducation professionnelle,
    • la reconversion professionnelle avec l'ONAC.

    Changer de cap grâce au projet de transition professionnelle

    Le projet de transition professionnelle constitue une voie très efficace pour se reconvertir avec un handicap. Il est en effet spécifiquement conçu pour vous permettre de changer de métier grâce à des formations certifiantes. Le projet de transition professionnelle est accessible sans aucune condition d'ancienneté aux personnes qui bénéficient de l’OETH (obligation d’emploi des travailleurs handicapés).

    Le contrat de rééducation professionnelle pour une transition réussie

    À la différence du projet de transition professionnelle, le contrat de rééducation professionnelle (qui s'accompagne d'une formation) est rémunéré. Il se destine spécifiquement aux personnes qui ont perdu la possibilité de travailler du fait de leur handicap : son objectif est de vous permettre de vous former à un nouveau métier si vous ne pouvez pas reprendre votre activité. Le contrat de rééducation professionnelle est conclu entre le salarié, l'employeur et la sécurité sociale pour une durée déterminée (qui peut aller de 3 à 12 mois, renouvelables).

    La formation de reconversion professionnelle de l'ONAC

    L'ONAC (Office national des anciens combattants) assure la gestion de neuf écoles de reconversion professionnelle (ou ERP) réparties à travers le territoire. 

    Créées pour réinsérer les mutilés de la Grande Guerre, ces établissements sont aujourd'hui ouverts à un public plus large et peuvent désormais accueillir :

    • des personnes reconnues travailleurs handicapés,
    • des personnes percevant une pension d’invalidité (que celle-ci soit militaire ou civile),
    • des personnes en réinsertion après un accident de travail ou suite à une maladie professionnelle reconnue par l’assurance maladie.

     

    Les écoles de reconversion de l'ONAC peuvent vous permettre d'obtenir une certification de niveau V (CAP) à III (BTS) dans de nombreux secteurs, de la communication à l'artisanat en passant par l'industrie, le paramédical ou encore l'agriculture.

    Comment financer sa reconversion quand on est en situation de handicap ?

    Si la formation que vous envisagez d'effectuer n'est pas rémunérée, il est évidemment important de régler la question de son financement avant toute démarche. 

    Pôle Emploi

    Si vous êtes demandeur d'emploi, sachez que Pôle-Emploi peut parfois financer votre projet. Et si vous travaillez, votre employeur peut prendre en charge votre formation continue dans le cadre du plan formation. 

    Dans ce cas :

    • si la formation a lieu durant vos heures de travail, vous percevez votre rémunération habituelle.
    • si la formation a lieu en dehors de vos horaires, vous touchez une allocation de formation, dont le montant s'élève à la moitié de votre salaire net de référence.

    Association de Gestion du Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées

    L’AGEFIPH finance les formations courtes destinées aux personnes handicapées bénéficiaires de l’obligation emploi, les travailleurs reconnus handicapés par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, les titulaires de la carte d’invalidité et de l’Allocation adulte handicapé.

    En savoir plus sur les aides pour personnes handicapées

    Fonds d'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique

    Le FIPHFP finance les formations destinées à l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap comme une formation qualifiante ou diplômante, une formation à la fonction de tuteur, ou encore une formation qui informe et sensibilise les personnes qui sont susceptibles d’être en relation avec des personnes en situation de handicap.

    Financer sa reconversion grâce au CPF

    Si vous projetez de réaliser un projet de transition professionnelle, vous pouvez mobiliser votre compte personnel de formation (CPF). Toutes les personnes âgées d'au moins 16 ans et admises dans des ESAT (établissements et services d’aide par le travail) bénéficient de ce compte. 

    À noter : depuis le 1er janvier 2019, le montant des droits à la formation a augmenté pour les personnes handicapées. Il est en effet passé de 500 à 800 euros par année d’admission (que ce soit à temps plein ou à temps partiel). Le total des droits acquis d'année en année est plafonné à 8000 euros.


    Quelles que soient vos envies d'évolution et de reconversion, plusieurs options s'ouvrent donc à vous pour changer de voie professionnelle avec un handicap. JE CHANGE DE METIER est à vos côtés afin de vous aider à faire les bons choix.


    Publié le 06 Oct. 2020 , et mis à jour le 13 Oct. 2020
    Envie de
    changer de métier ?
    c'est parti