Chauffeur de taxi : Fiche métier

Egalement nommé conducteur de taxi, ce métier attire de nombreux candidats en raison de l'indépendance qu'a le chauffeur de taxi lorsqu'il travaille à son compte.

Chauffeur de taxi : Fiche métier
Sommaire

    Vous envisagez de changer de métier pour devenir chauffeur de taxi ? Découvrez notre fiche métier.

    Missions d’un conducteur de taxi

    A bord d’une voiture ou d’un minivan, ce professionnel de la route doit conduire 8 passagers maximum d'un endroit à un autre dans les meilleures conditions possibles en tenant compte du trafic et des itinéraires.

    Pour travailler de façon rentable, un conducteur de taxi doit savoir se trouver à des endroits stratégiques (aéroports, gares, lieux touristiques, boîtes de nuit…) au bon moment.

    Il peut même recevoir des appels téléphoniques (des clients directement ou de l'agence pour laquelle il travaille) puis se rendre au point de RDV donné par le client.

    En passant des qualifications professionnelles complémentaires, il est possible de transporter des personnes à mobilité réduite ou des malades “assis”.

    Pour des raisons de sécurité, il ne peut conduire plus de 10 heures par jour.

    Responsable de l'entretien de son véhicule, il le nettoie lui même ou le fait nettoyer.

    Qualités requises pour devenir chauffeur de taxi

    Pour exercer la profession de conducteur de taxi, de nombreuses qualités sont nécessaires :

    • Aimer conduire quel que soit l'état de la circulation et les conditions climatiques tout en accordant la priorité à la sécurité
    • Être disponible et en bonne condition physique pour travailler en horaires décalés : tôt le matin, tard le soir, la nuit, le week-end et les jours fériés
    • Savoir gérer son stress : un chauffeur de taxi doit rester calme même lorsqu’il conduit dans des conditions difficiles : embouteillages, clients agressifs, exigeants, pressés ou saouls
    • Faire preuve de courtoisie
    • Être attentif à la route
    • Avoir une bonne connaissance de la ville bien qu’il possède un GPS
    • Maîtriser une langue étrangère : notamment près des aéroports, il peut être amené à conduire des passagers venant du monde entier.

    Comment exercer ce métier ?

    La profession de chauffeur de taxi est réglementée puisque pour l'exercer, il faut remplir certaines conditions :

    • ne pas avoir fait l'objet de certaines condamnations
    • posséder la carte professionnelle après réussite de l'examen du certificat de capacité professionnelle de conducteur de taxi (CCPCT) organisé par les chambres des métiers et de l'artisanat
    • suivre la formation continue obligatoire

     

    Pour s'inscrire à l'examen du certificat de capacité professionnelle, il faut remplir les conditions suivantes :

    • être titulaire du permis de conduire de la catégorie B en cours de validité et dont le nombre maximal de points n'est pas affecté par le délai probatoire
    • avoir un casier judiciaire (bulletin n°2) ne comportant aucune des condamnations incompatibles avec l'exercice de la profession
    • être reconnu apte par un médecin agréé

     

    L'inscription aux sept épreuves théoriques d'admissibilité et à l'épreuve pratique d'admission coûte 195€.

    Ensuite, le chauffeur de taxi doit déclarer son activité auprès du répertoire des métiers  (s’il est artisan) et auprès du RSI et s'inscrire au RM (s’il est travailleur indépendant).

    Salaire d’un chauffeur de taxi

    De nombreux paramètres entrant en ligne de compte (statut, ville, nuit/jour, pourboires et nombres de courses), il est difficile de chiffrer sa rémunération.

    Néanmoins, on peut estimer qu’un chauffeur de taxi salarié gagne 1600€ environ alors qu’un artisan 3 000€ par mois.

    Débouchés : quel statut ?

    Pour exercer l'activité de taxi, plusieurs statuts juridiques sont possibles :

    • artisan (56%) : il conduit son propre véhicule et peut acheter une autorisation de stationnement en mairie ou une licence à un chauffeur de taxi.

      Dans le premier cas, le délai d’attente est très long (de quelques mois jusqu’à 10 ans). L’inscription sur une liste d’attente en vue de sa délivrance n’est valable qu’un an et doit être renouvelée si besoin.


    Dans le second, c’est très onéreux. En effet, une licence coûte entre 70 000€ (dans une petite ville de campagne) et 300 000€ (dans une grande ville).

    Il faut savoir aussi que le chauffeure de taxi qui cède sa “plaque” doit avoir obtenu sa licence avant le 1er octobre 2014.

    • locataire (27%) : en tant que travailleur indépendant, il exploite un véhicule à un prestataire spécialisé. Pour louer la licence, il faut s'acquitter d'un loyer mensuel (par exemple 2 800€ à Lyon et 3 600€ à Paris) comprenant la mise à disposition du véhicule, son entretien, l'assurance et l'autorisation de stationnement.
    • salarié (17%) : il travaille pour le compte d’une entreprise de taxis. Chaque jour, chauffeur de taxi salarié reconduit le véhicule au garage.

    Tendances de la profession

    En région parisienne où se concentre un tiers des chauffeurs de taxi la concurrence est bien présente. De plus, ils doivent faire face à la concurrence des chauffeurs VTC.

    Le métier attire toujours beaucoup de candidats mais la difficulté d'obtention d'une licence en décourage plus d'un.

    Démarrez votre reconversion