Contrôleur du travail | Reconversion

Quelles sont les missions du Contrôleur du travail ? Quelle formation suivre pour exercer ce métier ? Quels sont ses débouchés et son salaire ? Les réponses vous sont apportées par cette fiche métier de Contrôleur du travail.

Contrôleur du travail
Sommaire

    Métier de contrôleur du travail

    Professionnel de terrain, le contrôleur du travail s’assure de faire respecter la loi dans les entreprises. Découvrez ce métier en détail.

    Qu’est-ce qu’un contrôleur du travail ? 

    Comme son nom l’indique clairement, le contrôleur du travail veille principalement à l'application de la législation du travail et des accords collectifs. Respect des jours de repos ou de congé, durée du travail, fonctionnement des syndicats, conditions d'hygiène et de sécurité ou encore rémunérations, tout est passé à la loupe par ce fonctionnaire administratif de catégorie B.

    Missions du contrôleur du travail

    Le contrôleur exerce sous l’autorité de l’inspecteur du travail et se charge de 3 missions principales :

    Contrôle 

    Le contrôleur du travail passe ses journées à visiter des ateliers, des chantiers, des exploitations agricoles mais également à enquêter sur des accidents ou des conditions de travail et sur le respect des accords paritaires ou les salaires. Pour accomplir ses missions, il bénéficie de certaines prérogatives comme un droit d’entrée et de visite sur les lieux de travail, l’établissement de procès-verbaux et même arrêt temporaire de travaux en cours.

    Prévention

    Il concourt également à l’amélioration des conditions de travail, de la santé au travail et des relations professionnelles en relevant les infractions des entreprises par procès-verbal et en infligeant des sanctions, de la simple amende à la fermeture administrative. 

    Conseil et information

    Le contrôleur du travail reste toujours à disposition des employeurs et des salariés pour les renseigner autant sur leurs droits que leurs obligations, ainsi que sur la législation du travail en général.

    Où exerce le contrôleur du travail ?

    Les contrôleurs du travail dépendent du ministère du Travail. Ils exercent leurs missions dans les directions régionales de l’entreprise, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) et plus rarement dans les administrations centrales. 

    Métier de terrain, les contrôleurs sont très souvent en déplacement dans les entreprises à inspecter.

    Qualités requises pour devenir contrôleur du travail

    La qualité première d’un bon contrôleur du travail est la rigueur et la précision car de ses conclusions d’enquête dépend parfois le destin d'une entreprise et la sauvegarde d'emplois.

    Pour mener à bien ses missions, il doit donc posséder d’excellentes connaissances juridiques.

    De plus, afin de parvenir à régler les conflits au sein de l’entreprise, ce professionnel doit savoir faire preuve d’un grand sang-froid et de beaucoup de diplomatie. 

    Afin de savoir instaurer un climat de confiance tant avec le chef d’entreprise que les salariés, il doit posséder d'excellentes qualités humaines.

    Enfin, tenu au secret professionnel, le contrôleur du travail doit savoir rester discret en toute circonstance.

    Formations pour devenir contrôleur du travail

    Les contrôleurs du travail relèvent de la fonction publique de l’Etat et sont recrutés par le biais de deux concours distincts, qui ont lieu simultanément : un concours externe et un concours interne. 

    Toutefois, pour pouvoir passer le concours, il faut préalablement être titulaires d’un diplôme Bac+2 ou d’une qualification reconnue comme équivalente, de préférence à caractère juridique, économique ou social, ou avoir été inscrits en 3e année d’études supérieures mais également être ressortissant d’un pays de l’Union européenne et avoir moins de 45 ans.

    Une fois lauréat du concours d’inspecteur du travail, vous suivrez une formation rémunérée de dix-huit mois qui se décompose comme suit : 

    • quinze mois à l’issue de laquelle vous serez titularisé sous réserve de l’avis favorable du jury de fin de scolarité 
    • trois mois de formation complémentaire personnalisée à accomplir dans un délai de trois ans après votre titularisation.

    Évolutions possibles du contrôleur du travail

    Les contrôleurs peuvent évoluer vers les grades de contrôleur du travail de classe supérieure. Ils peuvent aussi, sous certaines conditions, se présenter au concours interne d’inspecteur du travail ou d’un autre corps de catégorie A de la fonction publique.

    Salaire d’un contrôleur du travail

    Le traitement mensuel brut de base d’un contrôleur du travail en début de carrière issu du concours externe est de 1 400 euros pour évoluer jusque’à 2 500 euros en fin de carrière. 

    A cette rémunération s’ajoutent diverses primes qui correspondent en moyenne à 4 800 euros pour l’année en début de carrière.

    Envie de
    changer de métier ?
    c'est parti