Devenir surveillant de prison

Vous recherchez un métier pour vous reconvertir au service de la société ? Découvrez le métier de Surveillant pénitentiaire : mission, formation, salaire, débouchés, vous saurez tout.

Sommaire
Devenir surveillant de prison

Zoom sur le métier de surveillant pénitentiaire

Métier difficile, le surveillant pénitentiaire prend en charge les détenus (garde des établissements, escortes extérieures, ...) et contribue aussi à la réinsertion des détenus aux côtés des personnels d’insertion et de probation (encadrement des activités, modules de respect, ...).

Il est en charge du respect des consignes de sécurité et de discipline interne de la prison et pour cela, peut effectuer des fouilles sur les détenus, contrôler leurs courriers, les surveiller dans leurs actes quotidiens (promenades, ateliers, activités, parloir....) et faire l’appel.

Le surveillant pénitentiaire sert également d’oreille attentive pour les détenus grâce à l’écoute ou le soutien qu’il peut leur apporter, ou par l’organisation ou l’encadrement d’activités culturelles ou sportives, cela afin de favoriser la réinsertion et la prévention des conflits, des agressions ou des tentatives de suicide.

Qualités requises pour devenir surveillant de prison

Métier de contact humain avant tout, le surveillant pénitentiaire doit faire preuve de solides compétences relationnelles et psychologiques. En effet, quelle que soit le type de détenu (petit délinquant ou criminel violent), il faut pouvoir s’adapter.

En les horaires décalés, les risques d’agression, les insultes… il faut savoir garder son sang-froid et posséder une bonne résistance au stress.

Une bonne condition physique est requise pour encaisser la charge de travail mais également maîtriser des individus de diverses corpulences.

Enfin, un sens aigu de l’observation est vital afin de déceler toute anomalie ou comportement potentiellement dangereux ou source de débordement.

Comment devenir surveillant en prison ?

Le métier de surveillant pénitentiaire étant du ressort du ministère de la Justice, le recrutement s’effectue en passant un concours administratif.

Les conditions pour s’inscrire à celui-ci sont :

  • posséder le brevet des collèges ou un titre/diplôme équivalent et reconnu,
  • être âgé de 19 ans au moins et 42 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours
  • posséder la nationalité française,
  • jouir de ses droits civiques,
  • n’avoir pas fait l’objet de condamnation incompatible avec l’exercice des fonctions de surveillant pénitentiaire,
  • répondre à certaines conditions physiques.

 

Une fois reçu, la formation rémunérée se déroule sur 6 mois à l’école nationale d’administration pénitentiaire (ENAP). Elle se déroule en alternance sous forme de cours (droit pénitentiaire, connaissance des populations prises en charge, gestion du stress, techniques d'intervention...) et de stages pratiques en établissement pénitentiaire.

Les affectations des surveillants sont déterminées à l'issue de la formation, selon le rang de classement obtenu lors de la scolarité.

Si en plus vous avez 3 ans d’expérience minimum dans la sécurité,

vous pouvez choisir la reconnaissance des acquis d’expérience professionnelle (RAEP) à l’oral.

Salaire : combien gagne un surveillant pénitentiaire ? 

Comme tous les agents de l’État, les surveillants pénitentiaires se trouvent soumis au statut général de la Fonction publique et au statut particulier de l’administration pénitentiaire. Durant leur formation, les élèves surveillant reçoivent une rémunération de 1 168 € (hors primes de stage) en 2019. 

Cette rémunération évolue ensuite suivant le grade. Un surveillant major pourra ainsi toucher plus de 2600€/mois hors primes.

Débouchés, évolutions

Le métier de surveillant peut constituer la première étape d’un engagement au sein de l’administration pénitentiaire et offre une grande diversité de métiers et permet d’accéder à des hautes  responsabilité. 

En tant que surveillant, différents niveaux de qualifications sont accessibles :

  • Surveillant principal
  • 1er surveillant
  • Lieutenant pénitentiaire
  • Chef d’établissement 

 

Mais il peut également se diversifier :

  • Membre d’équipes régionales d'intervention et de sécurité 
  • Moniteur de sport
  • Formateur de personnels
  • Chargé des extractions judiciaires

 

En termes de recrutement, le ministère de la Justice a annoncé le recrutement de 15.000 agents d'ici 2022.