Ces vieux métiers qui recrutent

Sommaire

Métiers anciens qui recrutentPour certains, ils existent depuis plusieurs siècles et avaient plus ou moins disparus de la circulation et pourtant, voici qu’ils réapparaissent sous le feu des projecteurs. Présents dans presque tous les secteurs, ces emplois anciens offrent de nouvelles opportunités professionnelles surtout dans le cadre d’une reconversion.

Voici 10 exemples de métiers anciens pourtant toujours d’actualité dans lesquels vous vous épanouirez.

 

Barbier

Voilà un métier qui connaît un regain d’activité depuis plusieurs années grâce au grand retour de la barbe et de la moustache. 

Métier devenu résolument tendance, les barbiers connaissent une nouvelle jeunesse et font de ce métier ancien une vraie profession moderne et originale.

Même si les techniques utilisées restent en grande partie celles d’antan, de nombreuses évolutions pointent le bout de leur nez.

Qualités requises 

créativité, rigueur, sens du contact

Formation

Au minimum CAP esthétique puis spécialisation

Salaire

Un barbier débutant est généralement rémunéré aux alentours du SMIC.

Voir la fiche métier barbier en détail

Brasseur

Issue d’une longue tradition artisanale, le brasseur est le premier intervenant dans la fabrication de la bière. Si avec le temps les outils se sont perfectionner, il n’en reste pas moins que ce métier fait figure de profession ancestral tant elle existe depuis longtemps. Si la fonction d’ouvrier brasseur-malteur est en voie de disparition dans les grandes industries, l'artisanat attire au contraire encore de nombreux adeptes qui ouvre des brasseries artisanales et des microbrasseries.

Qualités requises 

Rigueur et méticulosité, créativité, autonomie, organisation

Formation

Au minimum CAP CIP - conducteur d'installations de production. Pour devenir brasseur indépendant ou artisanal (dans le cadre d’une reconversion et/ou entrepreneuriat), il existe des formations dans le cadre de la formation continue.

Salaire

Un brasseur débutant gagne autour de 2100€ par mois. Lorsqu’il est à son compte, ce dernier peut avoir des revenus plus élevés. Les très bons brasseurs sont convoités par l’industrie agroalimentaire où le salaire peut vite évoluer.

Cireur de chaussures

Voici un vieux métier chic qui a su faire peau neuve. S’il a été remis au grand jour avec l’affaire Aquilino Morelle (ancien conseiller de François Hollande), le métier de cireur de chaussure a su redorer son blason et devenir incontournable dans les grandes galeries marchandes, dans les aéroports ou même dans les bureaux. Mais attention, le cireur de maintenant n’a plus rien à voir avec l’ancien temps. S'apparentant à la culture du barbershop, cravates, barbe bien taillée et sourire sont de rigueur pour ce nouveau service très convoité par les hommes d’affaires.

Qualités requises 

Sens du contact, discrétion, précision, minutie

Formation

Aucun diplôme requis. La formation se fait par la pratique

Salaire

Cela dépend du nombre de souliers nettoyés chaque jour (entre 5 à 7 € par paire) et si le cireur est salarié ou indépendant.

Caviste

Être caviste relève avant tout de la passion. Spécialiste du vin, le caviste travaille soit du côté de la production soit de la distribution et intervient à tous les stades de la fabrication du vin. Fin connaisseur des cépages, des techniques de vinification, des vignobles, des appellations… il exerce sous la responsabilité du maître de chi et de l’oenologue.

Qualités requises 

Curiosité, rigueur, sens commercial, passion

Formation

Au minimum un CAP agricole métiers de l'agriculture production végétale : vigne et vin, 

Salaire

À ses débuts, et selon son niveau d’études, le caviste gagne entre le Smic et 1800 € bruts par mois.

Voir la fiche métier caviste en détail

Chaudronnier

Le chaudronnier travaille les métaux : le fer, le laiton, le cuivre ainsi que des alliages plus légers comme l'aluminium pour donner sa forme aux cuves, chaudières. Il peut travailler dans des secteurs aussi variés que l’aéronautique ou le nucléaire et même si ce métier peut sembler désuet, il ne connaît pourtant pas la crise. Le chaudronnier trouvera un emploi au sein d'une entreprise industrielle, artisanale ou métallurgique, tout en sachant que les domaines pétroliers et chimiques offrent des débouchés également très intéressants.

Qualités requises 

Dextérité, force physique, connaissance des applications informatiques

Formation

Au minimum un CAP réalisation industrielle en chaudronnerie ou soudage, ou un CAP composites, plastiques chaudronnés,

Salaire

Un ouvrier débutant gagne le S.M.I.C.  un technicien gagne aux alentours de 1 600 € par mois. Avec de l'expérience, le salaire peut très vite grimper car ces professionnels sont particulièrement recherchés.

Ramoneur

Avec le retour tendance d’un chauffage plus naturel, comme le bois ou le granulé et la réglementation, le métier de ramoneur a encore de beaux jours devant lui. Spécialiste des conduits de cheminée, il établit des diagnostics, réalise des nettoyages des installations, contrôle le bon fonctionnement des appareils (cheminées, poêles à bois, mazout ou gaz). Il peut également concevoir lui-même les conduits de fumée.

Qualités requises 

Organisation, rigueur, méticulosité

Formation

Au minimum un CAP ou d'un BEP dans le domaine de la maçonnerie, de la plâtrerie et de la maintenance ou suivre une formation professionnelle

Salaire

Le salaire mensuel d’un débutant correspond à l'équivalent du SMIC. Après quelques années d'expérience, il peut atteindre 2000 à 2200€ en tant que salarié et 3500€ à 4000€ à son compte.

Dératiseur

Le désinsectiseur-dératiseur exerce un métier essentiel à l’hygiène et à la santé. En effet, il est en charge de l’élimination ou la limitation de la propagation d'espèces nuisibles (insectes, rongeurs, ...) par capture (pièges, ...) ou destruction (traitements chimiques, ...). Il réalise également les traitements de salubrité et de désinfection de locaux et de colonnes, selon les règles de sécurité et la réglementation sanitaire. Avec la prolifération des nuisibles comme les rats dans les grandes villes, le métier a de beaux jours devant lui.

Qualités requises 

Bonne condition physique, une bonne santé, rigueur

Formation

Au minimum un CAP/BEP en hygiène et environnement et certaines habilitations spécifiques (électrique, chimique, ...) 

Salaire

Le salaire mensuel d’un débutant correspond à l'équivalent du SMIC.

Tailleur de pierre 

Saviez-vous que pour assurer la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, 100 tailleurs de pierre en apprentissage seraient nécessaire ? Car oui, le métier de tailleur de pierre existe encore. Exerçant un savoir-faire ancestral, il met ses compétences au service de la construction neuve comme de la restauration (corniches, arcs, linteaux, voûtes, escaliers, etc.) Il travaille aussi bien le marbre que le granit, le calcaire ou le grès … Héritier des bâtisseurs de cathédrales, cet artisan du bâtiment est un véritable artiste qui ne connaît pas la crise.

Qualités requises 

Précision, rigueur, patience, dextérité, créativité

Formation

Au minimum un CAP Tailleur de pierre ou un CAP Marbrier du bâtiment et de la décoration. Les formations les plus prestigieuses se font avec les Compagnons du devoir.

Salaire

Équivalent au S.M.I.C. au début, les salaires peuvent être beaucoup plus importants suivants l’expérience du tailleur

Luthier

Artisan d’art, le luthier conçoit les instruments à cordes en bois : violons, altos, contrebasses, violoncelles, guitares et dérivés (banjos, ukulélés,…). Parallèlement à la fabrication des instruments, le luthier exerce également leur restauration. Plus qu’une vocation, le métier de luthier est un véritable sacerdoce car son apprentissage est long et complexe.

Qualités requises 

Oreille musicale, habileté manuelle, musicien, dextérité, rigueur, créativité

Formation

Du CAP lutherie au Diplôme des métiers d'arts (DMA) lutherien (Bac +3). Ces formations ne sont pas dispensées partout en France.

Salaire

Le luthier débute sa carrière au Smic (1 480,27 € brut mensuel). Sa rémunération est amenée à évoluer en fonction de sa qualification et de son expérience. 

Horloger

Confectionner et réparer des montres, des horloges, des pendules, des montres de gousset, voici une activité qui ne date pas d’hier et qui pourtant continue d’être d’actualité. Travail minutieux et de précision hors du commun, il peut travailler aussi bien sur de vieilles pendules du XVII siècle que sur des produits high-tech. Le technicien horloger détient la connaissance des pratiques anciennes.

Qualités requises 

Précision, minutie, patience

Formation

Au minimum un CAP horlogerie,

Salaire

Un ouvrier horloger débutant gagne aux alentours du S.M.I.C. En moyenne, un horloger bijoutier confirmé peut dégager un revenu d’environ 2 500 € mensuels. Certains peuvent dégager une rémunération bien supérieure.


Publié le 02 Août 2019