Orthophoniste : tout savoir du métier

Spécialiste des troubles de la parole et du langage, le métier d’orthophoniste fait partie des professions les plus choisies en terme de reconversion professionnelle. Découvrez en détail celle-ci.

Sommaire
Orthophoniste

Zoom sur le métier d’Orthophoniste

Auxiliaire de santé, l’orthophoniste détecte, conseille et corrige les retards du langage, défauts de prononciation (dyslexie, dysphasie, bégaiement, zozotement), mais aussi difficultés d’écriture ou de calcul. Au delà de ces troubles du langage, ce professionnel rééduque aussi les troubles neurologiques, les troubles du spectre autistique, les personnes atteintes de surdité, de maladies génétiques ou neurodégénératives.

Cet auxiliaire médical travaille en collaboration avec des médecins généralistes ou spécialistes (oto-rhino-laryngologistes, pédiatres, psychiatres, neurologues, gérontologues...) et intervient, sur prescription médicale, auprès d'enfants, d'adolescents, d'adultes et de personnes âgées.

Avant de débuter des séances de rééducation, il dresse un bilan orthophonique du patient puis détermine la nature des troubles et les moyens de les traiter au cours de séances de rééducation.

Cette profession paramédicale est très féminisée (près de 96%) comme de nombreux métiers de la santé.

Qualités requises pour devenir Orthophoniste

Le métier d’orthophoniste requiert plusieurs qualités humaines. Si vous les réunissez, vous avez d’ores et déjà tous les atouts pour devenir un bon professionnel.

Une bonne capacité d’écoute et une excellente communication

L’orthophoniste côtoie des personnes de tout âge et tous milieux différents. Il doit savoir mettre en confiance ses patients pas toujours rassurés par leur pathologie. 

De la patience et de la volonté

Les progrès des patients peuvent prendre beaucoup de temps suivant les difficultés rencontrées et les personnes. Il faut savoir faire preuve de patience pour ne pas se décourager et transmettre un mauvais signal à son patient.  

De la créativité 

Chaque patient est unique et il faut savoir adapter le traitement à sa propre situation. De plus, les traitements longs peuvent décourager certains et il faut savoir être créatif pour garder la thérapie intéressante, motivante et bénéfique.

Comment devenir Orthophoniste ?

Comme toute profession paramédicale, l’orthophonie nécessite une formation à la fois théorique et professionnalisante décernant un diplôme garantissant l’expertise du professionnel.

La seule voie de formation possible est un cursus de 5 ans dans un centre de formation rattaché à une UFR de médecine qui délivre un certificat de capacité d’orthophoniste (CCO) ayant le grade de master. Au programme : anatomie, physique acoustique, phonation, linguistique et psychologie. Ce diplôme universitaire se prépare dans l’une des 19 écoles d'orthophonistes qui dépendent généralement de la faculté de Médecine.

Cette formation qualifiante n’est accessible ni en alternance, ni à distance. 

Pour intégrer cette formation, il faut passer un concours très rigoureux puisque seul 5 à 10 % des candidats sont reçus. Les profils littéraires sont particulièrement prisés et seuls les titulaire du bac ou d’un diplôme admis en équivalence peuvent se présenter. 

Un numerus clausus définit chaque année le nombre maximum d’étudiants admis à entrer sur concours en première année de formation. De nombreux candidats choisissent donc de suivre une année de préparation au concours pour se donner toutes les chances.

Salaire Orthophoniste : combien gagne un Orthophoniste ? 

Un orthophoniste débutant tourne autour de 1 600 € brut mensuels, en particulier dans la fonction publique. Celui d’un libéral avoisine pour sa part les 2 500 euros brut en moyenne. 

Débouchés, évolutions

Ce professionnel de la santé ne rencontre aucune difficulté à trouver du travail une fois son diplôme en poche.

Dans ce secteur, on constate un taux de chômage très faible, maintenu grâce à la fameuse sélection opérée à l’entrée de l’école. Les jeunes thérapeutes pourront alors choisir d’exercer en tant que travailleurs libéraux ou hospitaliers.

A la une