Accompagnant Éducatif et Social | Fiche métier

Quelles sont les missions de l’Accompagnant Éducatif et Social ? Quelles formations suivre pour exercer ce métier ? Quels sont ses débouchés et son salaire ? Les réponses vous sont apportées par cette fiche métier d’Accompagnant Éducatif et Social.

Accompagnant Éducatif et Social | Fiche métier

Métier d’Accompagnant Éducatif et Social

Au service des personnes en difficulté, malades ou dépendantes, l’Accompagnant Éducatif et Social AES aide à effectuer les tâches et activités de la vie quotidienne. Découvrez la profession en détail : mission, salaire, formations possibles, reconversion.

Qu’est-ce que le métier d’Accompagnant Éducatif et Social ?

Acteur essentiel du secteur médico-social, l’AES intervient auprès d’un public varié qu’il accompagne dans les gestes de la vie courante pour les personnes en structure, à domicile, à l’école mais également dans le maintien ou le développement d’une vie sociale ouverte. Enfants, adolescents, adultes ou personnes âgées, peu importe le handicap ou l’âge, l’intervention de l’Accompagnant Éducatif et Social consiste au bien-être et à l’autonomie de la personne. C’est un métier qui s’exerce au plus près de la personne.

Cette profession se décline en 3 spécialisations :

Missions de l’Accompagnant Éducatif et Social

Les missions sont fonction de la spécialisation choisie par l'AES et consisteront notamment :

  • apporter un soutien aux personnes handicapées ou dépendantes
  • mettre en place des activités sociales et de loisirs
  • porter ou soutenir les personnes qui en ont besoin
  • stimuler l’attention, développer les capacités d’expression
  • aider à se lever, préparer les repas, aider à la toilette, assurer les tâches ménagères quand les personnes sont trop lourdement handicapées ;
  • accompagner la personne dans ses déplacements extérieurs et la divertir (promenade, lecture, spectacles…) afin de lui faire garder un contact avec le monde extérieur ;
  • stimuler, soulager et apprendre à faire les gestes du quotidien aux personnes qu'il aide ;
  • se préoccuper du confort de son patient : régler le fauteuil, rehausser son oreiller, faire son lit, sécuriser l’environnement de ce dernier ;
  • s'occuper des tâches administratives (factures, déclaration d'impôt, etc.). 
  • jouer le rôle d’assistant médical en s’assurant de la bonne prise des médicaments, en vérifiant si la personne se sent bien ou ne présente pas de signe de faiblesse ;
  • assurer un soutien moral et apporter du réconfort.
  • aider un ou plusieurs élèves dans ses déplacements ou dans la manipulation de matériel;
  • aider les élèves aux sorties de classe;
  • aider à l'accomplissement des gestes techniques ne nécessitant pas de qualifications médicales;
  • collaborer à la mise en œuvre et au suivi des projets personnalisés de scolarisation des jeunes handicapés ou en difficultés;
  • stimuler la communication entre les élèves suivis et leurs camarades ou leurs familles;

Où exerce l’AES ?

En fonction de sa spécialisation, l’accompagnant éducatif et social peut exercer :

  • Si sa spécialité est l’accompagnement de la vie à domicile, il pourra être recruté directement par le(s) bénéficiaire(s) mais également par des foyers logement, les Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAAD), les Services d’Aide à la Personne (SAP), les Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD), des Établissements et services d’aide par le travail (ESAT)...
  • Si sa spécialité est l’accompagnement de la vie en structure collective, il pourra être recruté par des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), des maisons d'accueil spécialisées (MAS), des foyers d'accueil médicalisé (FAM), des établissements et services d'aide par le travail (Esat), des maisons d'enfants à caractère social (MECS), des instituts médico-éducatifs (IME),des instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (Itep)… 
  • Si sa spécialité est l’accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire, il pourra exercer au sein de crèches, écoles, lycées, centres de loisirs…

Conditions d’exercice

L’accompagnant éducatif et social peut exercer en parfaite autonomie s’il travaille directement au domicile des bénéficiaires, avec des horaires variables, souvent le week-end ou la nuit.

Dans le cas où il exerce au sein d’une structure collective, il travaillera au sein d’une équipe pluri-professionnelle. Là également, il peut être appelé à travailler de nuit ou les week-ends.

Enfin, dans le cas où il travaille dans le système scolaire, il doit être présent lors des heures de cours de l’élève et peut suivre plusieurs enfants.

Tendance de la profession

Le vieillissement de la population, l'allongement de la durée de vie, l’envie de rester chez soi le plus longtemps possible et la volonté du gouvernement de maintenir l’autonomie autant que faire se peut pousse à solliciter davantage l'aide de ce professionnel du secteur social. Les besoins en personnel qualifié sont donc de plus en plus importants et font de l’accompagnant éducatif et social un métier d’avenir avec de nombreux débouchés. En cas de reconversion, il est très facile de trouver un emploi.

Qualités pour devenir accompagnant éducatif et social

Avoir envie d’aider son prochain

Non, le métier d'AES ne se résume pas à la réalisation de tâches bien précises. La dominante de la fonction est tout de même l’humain, la personne en difficulté qu’il faut accompagner et soutenir dans la difficulté tout en faisant qu’elle se sente le mieux possible.

Être organisé

L’AES gère souvent lui-même ses journées et chaque patient fait l’objet d’un suivi différent. Il doit donc savoir être organisé et rigoureux pour mener ses tâches dans les meilleures conditions et dans un temps imparti. Il doit donc également savoir faire face aux aléas et s'adapter. 

Faire preuve de patience et d’empathie

En contact quotidien avec des personnes subissant des difficultés plus ou moins importantes, l’accompagnant éducatif et social doit savoir faire preuve d’écoute, de patience et d’empathie. Mais il lui faudra également savoir observer pour apporter une aide précieuse au personnel médical ou à l’entourage.

Être en bonne forme physique

Le métier demande une bonne condition physique. En effet, il faut d’une part pouvoir déplacer les patients qui peuvent parfois être corpulents mais également faire preuve d’une grande disponibilité. C’est un métier qui laisse peu de temps mort et impose un travail souvent en décaler : tôt ou tard, week-end, jours fériés…

Être discret et honnête

Les personnes qui font appel à un accompagnant éducatif et social lui donnent accès à une part importante de leur intimité. Le respect de leur vie privé et du secret professionnel est donc indispensable.

Formations pour devenir accompagnant éducatif et social

Formations initiales

Pour exercer le métier d’accompagnant éducatif et social, il faut être titulaire du DEAES (Diplôme d'État d'Accompagnant éducatif et social) accessible sur concours d’entrée, composé d’une épreuve d’admissibilité et d’une épreuve d’admission. Aucun diplôme n'est nécessaire pour postuler à ce concours.

Diplôme de niveau V (niveau CAP) d’une durée de 12 à 24 mois (en formation initiale ou formation continue), elle est également éligible à la VAE, après trois ans d’expérience professionnelle, ainsi que finançable par le CPF.

L’épreuve d’admissibilité est constituée d’un écrit de deux heures tandis que l’épreuve d’admission se déroule sous la forme d'un oral devant un jury.

Des dispenses de l’épreuve d’admissibilité sont accordées aux titulaires de certains diplômes du secteur social, sanitaire et médical (CAP petite enfance, CAPA services en milieu rural, diplôme d'État d'assistant familial, …).

Il existe trois spécialisations pour ce diplôme :

  • Spécialité accompagnement à l’éducation inclusive et à la vie ordinaire
  • Spécialité accompagnement de la vie à domicile
  • Spécialité accompagnement de la vie en structure collective

Cette formation, divisée entre la pratique et la théorie, comprend un certain nombre de semaines de stage afin d’appliquer la matière vue en cours.

Formations continues

Dans le cadre de l’évolution professionnelle, les AES en activité peuvent acquérir de nouvelles compétences dans le cadre de la formation continue et faire reconnaître leurs compétences acquises par la validation des acquis de l’expérience (VAE).

Les métiers des services à la personne offrant d’importants débouchés de recrutement, une reconversion dans le métier d’accompagnant éducatif et social est intéressante. Pour cela, il est possible de préparer le diplôme d'État d’accompagnant éducatif et social (DEAES) par la voie de la formation continue. Les titulaires de diplômes du sanitaire et social (assistant familial, aide-soignant, auxiliaire de puériculture…) peuvent bénéficier de dispenses et/ou d’allégements d’unités de formation.

Évolutions possibles de l’AES

Les AES peuvent évoluer en effectuant des formations complémentaires et devenir aide-soignant, auxiliaire de puériculture, assistant de vie aux familles, moniteur éducateur, technicien de l’intervention sociale et familiale, etc.

De plus, de nombreuses dispenses ou allègements de formation existent entre le DEAES et certains diplômes et titres.

Salaire de l’accompagnant éducatif et social 

Suivant son ancienneté et son statut (privé ou public), la rémunération va varier. S’il a un statut de fonctionnaire, il est soumis aux grilles indiciaires de la fonction publique. Le salaire démarre généralement à plus de 1 500 euros pour atteindre en fin de carrière environ 2.000€ bruts + primes et indemnités.

S’il a un statut salarié, sa rémunération dépend de la convention collective à laquelle il est rattaché mais les montants sont très proches de ceux de la fonction publique.

Envie d’une reconversion en tant qu’accompagnant éducatif et social ?

Avantages d’une reconversion en tant qu’accompagnant éducatif et social

  • Le secteur recrute massivement. Vous n’aurez aucune difficulté à être embauché rapidement; 
  • Vous profiterez d’une profession avec une forte sécurité de l’emploi;
  • Comme tous les métiers du social, vous pratiquerez une activité qui répondra à votre quête de sens;
  • Vous ne vous ennuierez jamais car la routine n’existe pas;
  • Cette profession est accessible quel que soit votre niveau initial.

Inconvénients d'une telle reconversion 

  • les conditions de travail sont parfois dures et compliquées 
  • vous serez confronté à la détresse de certaines personnes 
  • les rémunérations sont peu élevées

Compétences pour se lancer

Savoir

  • Psychomotricité
  • Psychologie
  • Règles d'hygiène et d'asepsie
  • Techniques d'écoute et de la relation à la personne
  • Identification des signes et du degré de la douleur
  • Techniques de conduite d'entretien
  • Gestes d'urgence et de secours
  • Manipulation d'équipement (lit médicalisé, lève malade, ...)

Savoir-faire

  • Analyser le contexte de vie d'une personne
  • Analyser la situation et les besoins de la personne
  • Présenter à la personne les activités d'aide ou d'éveil et définir les modalités de mise en oeuvre et d'accompagnement
  • Accompagner la personne dans les gestes de la vie quotidienne
  • Identifier les modifications de l'état de la personne et en informer l'équipe soignante
  • Conseiller la personne sur des aides techniques (aides visuelles, déambulateur) ou installer le matériel (pose de barrière de protection, réglage de hauteur de table)
  • Echanger avec la personne sur son ressenti (mal-être, satisfaction, ...) et l'orienter vers un médecin, assistant de service social, ...
  • Renseigner des documents médico-administratifs
  • Collaborer avec l'ensemble des intervenants à la réalisation d'un objectif commun

(Source : ROME K1301)

Par où commencer sa reconversion d’AES ?

Changer de métier au profit de celui d’accompagnant éducatif et social n'est pas assimilable à une opportunité que vous pouvez saisir au "bon moment". C'est un projet, comme tout autre, que vous devez anticiper en prenant le temps nécessaire. Comme le disait Arthur Ashe, "une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation"…

Vouloir se former, en prélude à votre reconversion professionnelle d’accompagnant éducatif et social, peut être une décision salutaire surtout si vous n’avez aucune des formations initiales précédemment listées ou des compétences indiquées ci-avant.
La formation peut en effet être, dans une certaine mesure, la clé d’une reconversion professionnelle en tant qu’accompagnant éducatif et social mais pas forcément car une chose est sûre : se reconvertir ne rime pas toujours avec se former.
Le mieux est de prendre le temps de préparer votre reconversion professionnelle en faisant le point sur votre situation et vos compétences actuelles. Pour cela, faire appel à un expert en évolution professionnelle pourra être un excellent préalable. Cela mettra à nu vos forces et faiblesses en matière de connaissances et d’aptitudes, et, conséquemment, vos besoins réels en formation (personnalisée), y compris l’organisme de formation qui répondra le plus précisément possible à ces besoins.

Comment financer votre reconversion ?

Il existe différents dispositifs pour financer en tout ou partie votre reconversion.

Salariés en CDI, en CDD ou en intérim

  • Compte personnel de formation (CPF)
  • CPF de transition professionnelle  
  • Plan de développement des compétences 
  • promotion par alternance Pro-A

Demandeur d’emploi

  • Compte personnel de formation (CPF)
  • Aide Individuelle à la Formation (AIF) 
  • Contrat de professionnalisation

Intérimaire

  • Compte personnel de formation (CPF)
  • CPF de transition professionnelle  
  • Contrat de professionnalisation
  • FAFTT (Fonds d’assurance Formation du Travail Temporaire)

Indépendant

  • Compte personnel de formation (CPF)
  • FAF (fonds d’assurance formation)
  • Crédit d'impôt pour la formation des dirigeants d’entreprise

Fonctionnaire

  • Compte personnel de formation (CPF)
  • Congé de formation professionnelle (CFP)
Perdu(e) dans votre vie professionnelle
En moins de 2 min., découvrez comment donner un second souffle à votre carrière
Faites le test