Kinésithérapeute : tout savoir du métier

Quelles sont les missions du Kinésithérapeute ? Quelle formation suivre pour exercer ce métier ? Quels sont ses débouchés et son salaire ? Les réponses vous sont apportées par cette fiche métier de Kinésithérapeute.

Sommaire
Kinésithérapeute

Métier de kiné

Spécialiste de la rééducation des personnes atteintes de paralysies, de troubles neurologiques et des accidentés, le métier de Kinésithérapeute fait partie des professions les plus choisies en terme de reconversion professionnelle. Découvrez en détail celle-ci.

Qu’est-ce qu’un Kinésithérapeute ?

De son nom complet « masseur-kinésithérapeute », le kiné est un  praticien spécialiste de la rééducation motrice et fonctionnelle. 

Agissant essentiellement sur prescription médicale, il manipule le corps de ses patients pour pouvoir soulager leurs douleurs et rééduquer leurs fonctions physiques. S’il soigne les affections bénignes telles que les lombalgies, torticolis ou entorses, il traite aussi les traumatismes dus aux accidents ou les conséquences du vieillissement.

Le kinésithérapeute maîtrise différentes techniques de massages et de gymnastique médicale manuelle ou instrumentale. Il peut aussi utiliser l'eau, la chaleur, l’ionisation ou les ultrasons. 

Le kinésithérapeute intervient également beaucoup dans le domaine sportif pour accompagner le patient dans des exercices d’échauffement et d’étirement autour de l’activité pratiquée, ou pour l’aider après un traumatisme subi.

Enfin, les kinés interviennent aussi dans des cas particuliers, comme réaliser un bilan de capacités et en dehors de toute prescription médicale, notamment dans les clubs de sport ou dans des cures thermales, voire dans des centres de soins esthétiques.

Missions d’un kiné

  • Examen clinique et bilan kinésithérapique
  • Établissement du programme de traitement et de soins de rééducation et de réadaptation à mettre en œuvre
  • Mise en application des techniques de kinésithérapie
  • Information et éducation des patients 
  • Création du dossier patient
  • Encadrement des étudiants et des stagiaires
  • Réalisation d'études et de travaux de recherche
  • Veille professionnelle

Qualités requises pour devenir kiné

Le métier de kinésithérapeute requiert plusieurs qualités humaines. Si vous les réunissez, vous avez d’ores et déjà tous les atouts pour devenir un bon masseur-kinésithérapeute.

Être à l’écoute

Un bon kiné sait écouter et comprendre ses patients pour établir une vraie relation de confiance, les mettre à l’aise et leur permettre de se détendre lors des différentes manipulations.  Il doit également posséder un excellent relationnel. Cela sera d'autant plus important que le masseur-kinésithérapeute doit être capable d'encourager et de motiver ses patients dans les efforts qu'ils effectuent dans le difficile travail de rééducation.

Être en excellente condition physique

Pour manipuler des patients de n’importe quelle corpulence, un bon kiné doit être résistant et posséder une certaine force physique. Il doit pouvoir les soulever ou réaliser des gestes nécessitant une certaine force comme les masser vigoureusement. 

Disponibilité

La majorité des kiné exercent en libéral et ne comptent pas leurs heures pour s'adapter aux horaires de leurs patients. Les cabinets restent souvent ouverts tard dans la soirée.

Formations pour devenir kiné 

Formation initiale

Pour exercer le métier de Kinésithérapeute, il faut obligatoirement être titulaire du Diplôme d'Etat de Kinésithérapeute. C'est un diplôme qui se passe en 4 ans et qui permet d’acquérir les compétences requises pour procéder à tous les actes de rééducation, de massage et d’électro-physiothérapie.

L'accès à la formation s'effectue :

  • soit après une année de PACES (la Première Année Commune aux Études de Santé. A la fin de cette première année en université de médecine, vous devrez passer un concours qui vous donnera accès ou non, en fonction de votre classement, à une école de masso-kinésithérapie
  • soit après une première année de licence en STAPS (les Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives).  La validation de la première année de licence de STAPS permet d’intégrer un IFMK, sous réserve de classement en rang utile.
  • soit après une première année de licence en Sciences


La sélection pour accéder à cette formation est sévère et encadrée par un numérus clausus. Elle nécessite un bac scientifique (S notamment).

Il existe d’autres moyens d’intégrer une formation de kiné mais ces dispenses ou passerelles ne sont adressées qu’à une très faible minorité des aspirants et possibles dans 3 cas précis :

  • être sportif(ve) de haut niveau, vous avez formulé une demande auprès de votre fédération sportive, et une Commission nationale a validé votre requête
  • être ressortissant(e) hors Union européenne et respectez les conditions fixées par l’arrêté du 31 janvier 1991 sur le sujet
  • être titulaire du diplôme d’État de sage-femme, d’infirmier, de manipulateur d’électroradiologie médicale, de pédicure-podologue, d’ergothérapeute ou de psychomotricien ou avoir validé le 1er cycle des études médicales et passé avec succès un examen de passage en 2ème année

Formation continue

Il est tout à fait possible de se reconvertir en tant que kiné en préparant le diplôme d'État de masseur-kinésithérapeute dans le cadre de la formation continue.

Salaire du kinésithérapeute 

Selon que le kiné exerce en secteur public hospitalier ou en libéral et selon les spécialités qu’il choisira,  ses revenus vont variés. 

Sans expérience et dans le secteur public hospitalier, les salaires nets sont évalués à 1 600 € bruts par mois pour un kiné débutant et et peut atteindre 3 000 € pour un cadre de santé en fin de carrière.  

En libéral, il n’y a pas de plafond, mais les salaires avoisinent en moyenne les 3 500 euros net mensuels.

De plus, avec la demande croissante en soins, les perspectives d’emploi sont plutôt bonnes. Il convient de bien se renseigner sur les zones où démarrer son activité. La formation continue permet à la profession de kinésithérapeute un renouvellement régulier des connaissances et l’apprentissage de nouvelles techniques.

Débouchés, évolutions

Ce professionnel de la santé ne rencontre aucune difficulté à trouver du travail. 

Il peut travailler en libéral (formule choisie par la plus grande majorité des kinés diplômés), seul ou avec des associés dans un cabinet privé. Il peut aussi exercer dans des hôpitaux, centres de rééducation fonctionnelle ou établissements thermaux où il est associé à une équipe inter-professionnelle. 

Après une expérience professionnelle de quatre ans en hôpital, le masseur-kinésithérapeute peut préparer le diplôme de cadre de santé en un an ou celui de directeur de soins, en deux ans et ainsi occuper un poste d’encadrement dans un service ou de formateur auprès d'étudiants.

Mais il peut également choisir de se spécialiser en sport, rhumatologie, kinésithérapie respiratoire…ou même en kinésithérapie équine.

Dans le cas où il préfère s'orienter vers l'ostéopathie, il bénéficie de dispenses de formations pour passer le DO (1900 heures de formation sur les 4860 que comptent la formation de base).