Ambulancier / Ambulancière : tout savoir du métier

Accessible sans diplôme dès la troisième, le métier d’ambulancier fait partie des professions les plus choisies en terme de reconversion professionnelle. Découvrez en détail celle-ci.

Sommaire
Ambulancier / Ambulancière : tout savoir du métier

Zoom sur le métier d’ambulancier

Profession qui ne connaît pas la crise, ce sont près de 2 000 personnes qui sont formées chaque année au métier d’ambulancier. Ce dernier peut travailler dans une structure publique, associative ou privée, de jour comme de nuit et peut être amené à travailler le week-end et les jours fériés.

Chargé en priorité de conduire les personnes nécessitant des soins (blessé, personnes handicapées, malades, personnes âgées, etc.) vers un centre médical : hôpital, clinique, maison médicale, … l’ambulancier doit également être capable d’apporter les premiers soins.

L’ambulancier est responsable de la prise en charge du patient depuis le domicile, le lieu d’accident ou le centre de soins jusqu’au véhicule. Durant le trajet, il veille au confort du patient et se tient prêt à donner les premiers secours. Tout au long du trajet, il reste en contact avec  le personnel de l’établissement médical. 

Il doit, en plus de la conduite, assurer la tenue des divers documents administratifs (hospitaliers, Sécurité sociale...), percevoir la recette et avoir une bonne connaissance des principaux itinéraires à emprunter. 

S’il possède les permis C ou D, il peut être appelé à conduire des véhicules de type fourgon en plus d’un VSL (véhicule sanitaire léger) Dans un véhicule, l’ambulancier est toujours accompagné d’une autre personne, souvent un auxiliaire ambulancier.

Enfin, l’ambulancier est responsable de l’entretien de son véhicule, du strict respect des règles d’hygiène et de la stérilisation du matériel. 

Qualités requises pour devenir ambulancier

Exercer le métier d’ambulancier requiert de nombreuses qualités.  Tout d’abord, il faut nécessairement être bon conducteur pour savoir s’adapter à l’état de santé de la personne qu’il transporte (conduite souple et lente ou conduite d’urgence avec utilisation de gyrophare).

Métier qui se pratique dans l’urgence, il doit savoir faire preuve de sang-froid, de réactivité et de vigilance tout en sachant rassurer et réconforter les patients.

Enfin, avec un rythme de travail soutenu, une bonne résistance physique et mentale est primordiale.

Quelles formations sont nécessaires ? 

Le choix entre une formation longue menant à un diplôme d'Etat ou une formation courte est possible. 

DEA : diplôme d’Etat d’ambulancier

Pour devenir ambulancier en France, il est impératif de posséder le DEA (diplôme d’Etat d’ambulancier) qui s’acquiert suite à la validation d’une formation de 2 à 4 mois environ. Durant cette période, 8 modules d’enseignement sont suivis dont les gestes et soins d'urgence, l’hygiène, la sécurité du transport sanitaire.

Cette formation payante est accessible avec un niveau 3ème et est dispensée par des centres privés ou publics homologués par l’Etat.

Néanmoins, il faut posséder le permis de conduire B depuis au moins trois ans, un certificat médical de vaccination à jour, ainsi qu'une attestation préfectorale d'aptitude à la conduite d'une ambulance. 

L'accès à cette formation se fait par le biais d’épreuves écrites (français et arithmétique) puis ensuite par un oral d’admission.

Formation AA : auxiliaire ambulancier 

Pour devenir auxiliaire ambulancier, il faut simplement suivre une formation de 10 jours (70 heures) proposée par les IFA (Instituts de Formation Ambulanciers). Cette formation porte sur l’hygiène, la déontologie, les règles du transport sanitaire ou encore les gestes et soins d'urgence (AFGSU niveau 2).

Le nombre de place est limité, il est nécessaire d’être titulaire du permis B depuis 3 ans et de posséder l’autorisation préfectorale d’aptitude à la conduite d’ambulance pour accéder à la formation.

Les formations d'ambulancier diplômé d'Etat et d'auxiliaire ambulancier sont payantes mais vous pouvez obtenir des financements.

Salaire ambulancier : combien gagne un ambulancier ? 

Le salaire d’un ambulancier débutant est de l’ordre de 1 425 € brut mensuel pour atteindre au fil des ans les 2 000 € brut. Cependant, ce montant peut fortement varier selon les entreprises.

A son compte, un ambulancier peut espérer une rémunération supérieure mais devra subventionner un véhicule conforme aux exigences de la profession.

Où travailler comme ambulancier ?

Ce professionnel de la santé peut exercer aussi bien dans le privé que dans le public que ce soit en hôpital, en clinique ou encore dans les maisons de retraite. 

Le métier d’ambulancier peut évoluer vers l’encadrement d’une équipe, l’organisation de plans d’action sur le terrain pour des opérations à grandes échelles ou la régulation d'une structure de soins. Son rôle n'est alors plus le même puisqu'il gère les déplacements d'une équipe, établit les emplois du temps de chacun et se charge des appels et des demandes d'intervention.

Le métier d’ambulancier peut également évoluer vers d’autres branches par le biais de formations courtes pour devenir brancardier ou aide-soignant par exemple.