Coutelier | Fiche métier

Quelles sont les missions du coutelier ? Quelle formation suivre pour exercer ce métier ? Quels sont ses débouchés et son salaire ? Les réponses vous sont apportées par cette fiche métier de coutelier.

Coutelier
Sommaire

    Métier de coutelier

    Parmi les métiers de l’artisanat dits « anciens » et qui attirent des candidats à la reconversion en recherche d’une profession créative et manuelle, nous retrouvons le métier de coutelier. Découvrez la profession  en détail afin de vérifier si elle correspond à vos aspirations et vos objectifs de reconversion. 

    Qu’est-ce qu’un coutelier? 

    Bien évidemment, le nom même de coutelier met la puce à l’oreille. Ce professionnel est le spécialiste de la création de couteaux avec d’une part la coutellerie professionnelle (pour les métiers de bouche), mais aussi la coutellerie de table et la coutellerie fermante (couteaux pliants de poche), mais pas seulement. Épées, couteaux de chasse, pointes de flèches, rasoirs, instruments de chirurgie, ciseaux… son champs d’action est bien plus vaste qu’il n’y paraît. Le coutelier est finalement l’expert des ustensiles tranchants en métal en les réalisant sur la base de ses propres esquisses ou sur commande client. S’il est artisan, il sera présent à toutes les étapes de conception. S’il est employé dans une coutellerie, il sera  assigné à une tâche bien précise. 

    Missions du coutelier

    La mission principale du coutelier est de forger un bloc de métal, de l’acier majoritairement, pour obtenir un ustensile précis.

    Pour commencer, il réalise (ou fait réaliser) le dessin du rendu final afin d’obtenir le gabarit qui servira à découper le métal.

    Afin de le façonner, le coutelier va ensuite chauffer ce morceau de métal et lui donner la forme souhaitée : c’est le forgeage. Tout au long de cette étape, une succession de trempage afin de refroidir le métal et de chauffe va permettre de renforcer la lame.

    Vient alors le travail de l’émouture, à savoir le travail de la partie tranchante de l’outil. C’est l’émouture qui rend la lame assez fine pour pouvoir trancher. A cette mouture peut s’ajouter un crantage pour les lames destinées à scier. Pour finir, le coutelier procède à l’affûtage et au polissage de l’ustensile. 

    Pour finir sa création, le coutelier procède au montage de la lame grâce aux techniques du rivetage, du collage ou de la soudure sur le manche prévu.

    Les artisans et indépendants de la coutellerie proposent aussi parfois l'entretien des lames par un affûtage périodique.

    Où exerce le coutelier

    Si le coutelier est un artisan à son compte, il exercera dans son propre atelier. S’il est salarié, il exercera dans l’atelier d’une entreprise du secteur.

    Tendances de la profession

    Les principaux fournisseurs d’objets de coutellerie se situent dans le bassin de Thiers (Puy de Dôme) et représentent 70 % de la production nationale. La Fédération française de la coutellerie annonce d’ailleurs que plus de 3000 personnes y exerceraient. Ce secteur connaît d’ailleurs un regain d’activité en France notamment avec les productions haut de gamme qui profitent de la bonne image de la tradition ancestrale de la coutellerie française. 

    Qualités requises pour devenir coutelier

    Le sens des responsabilités

    Le coutelier est responsable de ses travaux et doit garantir la solidité et le respect de toutes les normes de son travail. Seule une très bonne organisation et la conscience de ses responsabilités permet de s’assurer la meilleure qualité.

    Une très bonne condition physique

    Comme beaucoup de métiers manuel, celui de coutelier est un métier physique qui nécessite de porter régulièrement des charges lourdes et travailler dans des conditions difficile (bruit, températures élevées…)

    De la créativité

    Le coutelier est en quelques sortes un artiste. Il doit avoir de l’énergie et pouvoir réaliser un travail propre, esthétique et parfait. 

    Patience et Rigueur

    Façonner un bloc de métal requiert une grande rigueur car la précision est importante pour éviter de devoir la refaire. De plus, il faut en permanence respecter les règles de sécurité.

    Parler l’anglais

    Enfin, parler l’anglais est un plus fortement recommandé. En effet, la clientèle étrangère est relativement importante, surtout dans la coutellerie haut de gamme.

    Formations pour devenir coutelier

    Pour devenir coutelier, le suivi d’une formation est impérative. Plusieurs solutions s’offrent à vous, accessibles tant dans le cadre de la formation initiale que dans celui de la formation pour adultes permettant aisément une reconversion professionnelle en tant que coutelier.

    Formation Initiale

    Niveau CAP

    • CAP Instruments coupants et de chirurgie (seul 3 établissements le proposent)

    Niveau BAC

    • Brevet de maîtrise Coutelier réparateur
    • Brevet de maîtrise supérieur Fabrication. 

    Formation continue

    Dans le cadre d’une réorientation professionnelle, il est possible de devenir coutelier par la voie de la formation continue en préparant les  diplômes ci-dessus. Vous pouvez également vous initier au métier en suivant des formations auprès des ateliers privés.

    Évolutions possibles du coutelier

    La coutellerie française étant reconnue sur le plan international, les jeunes couteliers fraîchement diplômés ne devraient avoir aucun mal à trouver rapidement un emploi mais il est fort probable qu’il leur faudra être mobile géographiquement. 

    La fonction en elle-même a peu de possibilités d’évolution mis à part se mettre à son compte en ouvrant son propre atelier ou en accédant à un poste d’encadrement dans une coutellerie. Les évolutions peuvent alors se faire par rapport à la renommée de l’établissement. 

    Salaire d’un coutelier

    Un coutelier débutant gagne en moyenne 1500€/mois pour atteindre une moyenne de 2050 € après quelques années d’expertises. 

    Source : salairemoyen.com 2020