Quelles sont les missions d’un tonnelier ? Quelle formation suivre pour exercer ce métier ? Quels sont ses débouchés et son salaire ? Les réponses vous sont apportées par cette fiche métier de tonnelier.

Sommaire

    Métier de tonnelier

    Passionné du bois, le tonnelier fabrique les fûts qui servent à l'élevage des alcools et des vins.

    Découvrez la profession en détail : mission, formation, recrutement, reconversion.

    Qu’est-ce qu’un tonnelier ?

    Tonnelier (jadis appelé "charpentier de tonneau" ou futailler) est un très vieux métier où la tradition artisanale rejoint la perfection de la technique.

    En collaboration avec les vignerons et les œnologues, il est l'un des acteurs essentiels à la vinification. 

    Il est chargé de confectionner et de réparer des fûts en bois de chêne utilisés pour conserver vins et autres alcools.

    Il fabrique ses tonneaux selon un savoir-faire ancestral afin qu'ils puissent, durant des années, préserver toute la saveur des alcools qu'ils renferment.

    Missions du tonnelier

    Les missions du tonnelier sont les suivantes : 

    • Réalisation de toutes les étapes techniques nécessaires à la fabrication du tonneau : choix des pièces de chêne, façonnage, assemblage, chauffe… (dans les grandes entreprises de tonnellerie, il peut être affecté à une seule tâche, comme la chauffe)
    • Réparation de tonneaux
    • Création d’arômes particuliers par les processus de cuisson du bois
    • Développement de ces arômes pour qu'ils s'accordent ensuite avec les vins qu'ils contiendront

    Où exerce le tonnelier ?

    Le tonnelier travaille essentiellement dans une tonnellerie. Il en existe une cinquantaine en France qui sont, principalement, implantées au cœur des régions viticoles. Il peut également exercer chez l'un des 400 artisans tonneliers.

    Beaucoup s'installent comme artisans à leur propre compte.

    Tendance de la profession

    Les jeunes diplômés trouvent rapidement un emploi.

    Le savoir-faire des tonneliers français est mondialement reconnu puisque 65% des tonneaux fabriqués sont exportés.

    Qualités requises pour devenir tonnelier

    Le métier de tonnelier requiert des compétences techniques liées à la fabrication des contenants : lecture de plans, façonnage du bois, usinage des pièces, chauffe… mais également des connaissances du bois et de la vinification

    Il nécessite aussi de bonnes aptitudes physiques car il faut transporter des charges importantes, travailler dans la chaleur et la poussière, rester debout…

    Patience et précision doivent également faire partie des qualités du tonnelier. En effet, il faut compter pas moins de deux ans pour vieillir et sécher les merrains sur le parc à bois et jusqu'à deux heures pour chauffer les barriques. On ajoute à cela un contrôle répété à chaque étape de la fabrication : les douelles nécessitent pas moins de 7 vérifications avant la chauffe.

    Le tonnelier sait aussi se servir de ses oreilles jusqu'à apprendre à écouter le bois : il faut savoir repérer les bons craquements du bois et trouver la bonne température lors du passage en salle de chauffe.

    Dans les petites entreprises, une certaine polyvalence permet de passer d'un poste de travail à l'autre, ce qui limite la monotonie et la pénibilité des tâches.

    Formations pour devenir tonnelier

    Formation initiale

    Pour devenir tonnelier, il n'existe qu'une seule et unique formation : le CAP tonnellerie.

    Ce diplôme se prépare en 2 ans après la classe de 3ème.

    En France, trois établissements seulement dispensent cette formation : 

    • Les Compagnons du Devoir et du Tour de France à Dijon
    • Le CFA agricole de la Gironde à Blanquefort
    • Le CFA de la Chambre de métiers et de l'artisanat de la Charente à Cognac

    Les candidats peuvent poursuivre leurs études dans les filières bois ou vin avec un 

    • Bac pro Technicien de fabrication bois et matériaux associés
    • Bac pro Technicien Constructeur bois
    • Bac pro Technicien Menuisier Agenceur
    • Bac pro Conduite et gestion de l'entreprise vitivinicole
    • Bac pro Conduite et gestion de l'entreprise agricole

    Formation continue

    Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, il est possible de devenir tonnelier en préparant le CAP Tonnellerie par la voie de la formation continue ou de la VAE.

    Comme la tonnellerie est un métier qui nécessite une perpétuelle adaptation, la Fédération soutient plusieurs modules de formation continue destinés à la mise à jour des acquis.

    Évolutions possibles du tonnelier

    Des évolutions de carrière sont possibles, surtout dans les PME.

    Un tonnelier peut devenir chef-d'équipe, contremaître, chef d’atelier, technico-commercial ou responsable de production.

    Il peut même créer sa propre entreprise de tonnellerie.

    Pour se distinguer, il peut même passer des concours : les Concours des Meilleurs Ouvriers de France, Apprentis de France ou les Olympiades des Métiers.

    Salaire d’un tonnelier

    La rémunération mensuelle d’un tonnelier avoisine le SMIC en début de carrière et peut atteindre jusqu’à environ 3 000€ bruts en fin de carrière.

    Les revenus de l’artisan tonnelier dépendent de son volume d’activité. 

    Envie d’une reconversion en tant que tonnelier ?

    Avantages d’une reconversion en tant que tonnelier

    • Le métier de tonnelier est accessible rapidement : le CAP tonnellerie suffit.
    • L’insertion professionnelle se fait aisément : après leur formation, les tonneliers n’ont pas de difficulté à trouver un emploi.

    Inconvénients d'une telle reconversion 

    • Les conditions de travail sont assez pénibles : le tonnelier manipule de lourdes charges, reste souvent debout et travaille au sein d'une atmosphère bruyante…

    Compétences de base indispensables pour se lancer

    Savoir

    • Lecture de documents techniques
    • Machines à commandes numériques
    • Conception et Dessin Assistés par Ordinateur (CAO/DAO)
    • Utilisation de machines à cadrer
    • Utilisation d'outils à bois manuels
    • Assemblage par vissage, agrafage, connecteur
    • Normes de la construction
    • Plan de fabrication, montage en menuiserie
    • Assemblage par tourillonnage, tenon-mortaise, pigeonnage
    • Procédures de sécurité sur chantier
    • Techniques d'affleurage

    Savoir-faire

    • Identifier les attentes des consommateurs
    • Élaborer une fiche de débit
    • Constituer le stock de matières premières et de consommables
    • Déterminer la forme des éléments du produit
    • Réaliser un plan de fabrication et d'installation
    • Tracer, reporter les repères de coupe et d'assemblage sur les pièces
    • Débiter des pièces de rotin ou de bois
    • Réaliser des gabarits de fabrication
    • Poser des éléments de quincaillerie
    • Assembler des sous-ensembles par procédé mécanique
    • Réaliser les finitions d'un ouvrage
    • Réaliser les opérations de décoration d'une pièce artisanale
    • Ajuster des éléments façonnés
    • Contrôler la stabilité, la dimension des éléments façonnés
    • Poser un ensemble menuisé
    • Assurer une maintenance de premier niveau
    • Entretenir des équipements

    (Source: ROME H2206 - Réalisation de menuiserie bois et tonnellerie)

    Par où commencer sa reconversion de tonnelier ?

    Changer de métier au profit de celui de tonnelier n'est pas assimilable à une opportunité que vous pouvez saisir au "bon moment". C'est un projet, comme tout autre, que vous devez anticiper en prenant le temps nécessaire. Comme le disait Arthur Ashe, "une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation"…

    Vouloir se former, en prélude à votre reconversion professionnelle de tonnelier, peut être une décision salutaire surtout si vous n’avez aucune des formations initiales précédemment listées ou des compétences indiquées ci-avant.

    La formation peut en effet être, dans une certaine mesure, la clé d’une reconversion professionnelle en tant que tonnelier mais pas forcément car une chose est sûre : se reconvertir ne rime pas toujours avec se former. 

    Le mieux est de prendre le temps de préparer votre reconversion professionnelle en faisant le point sur votre situation et vos compétences actuelles. Pour cela, faire appel à un expert en évolution professionnelle pourra être un excellent préalable. Cela mettra à nu vos forces et faiblesses en matière de connaissances et d’aptitudes, et, conséquemment, vos besoins réels en formation (personnalisée), y compris l’organisme de formation qui répondra le plus précisément possible à ces besoins.

    Comment financer votre reconversion ?

    Il existe différents dispositifs pour financer en tout ou partie votre reconversion.

    Salariés en CDI, en CDD ou en intérim

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • CPF de transition professionnelle  
    • Plan de développement des compétences 
    • promotion par alternance Pro-A

    Demandeur d’emploi

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • Aide Individuelle à la Formation (AIF) 
    • Contrat de professionnalisation

    Intérimaire

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • CPF de transition professionnelle  
    • Contrat de professionnalisation
    • FAFTT (Fonds d’assurance Formation du Travail Temporaire)

    Indépendant

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • FAF (fonds d’assurance formation)
    • Crédit d'impôt pour la formation des dirigeants d’entreprise

    Fonctionnaire

    • Compte personnel de formation (CPF)
    • Congé de formation professionnelle (CFP)
    Article mis à jour le 25/01/2024
    Trouver votre formation
    Les métiers du secteur Artisanat