Courtier en travaux | Fiche métier

Quelles sont les missions du Courtier en travaux ? Quelle formation suivre pour exercer ce métier ? Quels sont ses débouchés et son salaire ? Les réponses vous sont apportées par cette fiche métier de Courtier en travaux.

Courtier en travaux
Sommaire

    Métier de Courtier en travaux

    Profession en plein boom, le courtier en travaux joue le rôle d’intermédiaire entre son client et des entreprises de travaux, afin de leur faire profiter des tarifs les plus intéressants sans perdre en qualité. Découvrez la profession en détail : mission, formation, recrutement, reconversion.

    Qu’est-ce qu’un courtier en travaux ? 

    Le métier de courtier en travaux consiste à mettre en relation des clients souhaitant réaliser des travaux avec des professionnels qualifiés (plombiers, maçons, couvreurs...) tout en leur permettant d’optimiser le budget attribué à ces travaux. 

    Pour cela, le courtier en travaux devra se constituer un portefeuille de professionnels reconnus et de qualité dans divers domaines d’intervention afin d’obtenir une palette la plus large possible de services et pour comparer leur niveau de qualité et leurs prix. Le courtier devra donc s’assurer du professionnalisme de ces prestataires.

    Pour trouver ses clients, il est également indispensable au courtier de collaborer avec des prescripteurs comme des agences immobilières, des architectes ou des diagnostiqueurs et pour se former ce réseau, il doit aller à leur rencontre et démontrer leur intérêt à lui envoyer des clients.  

    Lors de sa prestation de courtage, ce professionnel devra conseiller au mieux dans le choix d’une entreprise pour réaliser leurs travaux. 

    Pour cela, le courtier travaux étudie en détail le projet de son client, 

    ses besoins et son budget travaux puis conseille quant au choix des matériaux, la mise en oeuvre, l’agencement... Il établit ainsi un cahier des charges qui lui permettra de solliciter les entreprises du bâtiment partenaires et susceptibles de réaliser ces travaux et de récolter leurs devis.

    Une fois l'ensemble des devis reçus, il procède à leur étude et leur comparaison pour obtenir le meilleur tarif tout en assurant la qualité des travaux réalisés.

    Le courtier reste à l'écoute de ses clients tout au long du projet.

    Missions du courtier travaux

    • Etude du projet et mise en lumière des points qui demandent l’intervention d’un artisan ;
    • Sollicitation de son réseau d’entrepreneurs pour obtenir les devis ;
    • Présentation des devis au client ;
    • Organisation des travaux et réunions de chantier ;
    • Recherche de prospects ;
    • Recherche de partenaires ;
    • Recherche de prescripteurs ;

    Où exerce le courtier en travaux immobilier ?

    La majorité sont donc indépendants. Selon la Fédération française du courtage en travaux (FFCT), la France compte environ 600 courtiers en travaux, dont plus de 250 sont franchisés. Ces chiffres démontrent bien que le secteur est d’ailleurs largement investi par les réseaux. 

    En ce qui concerne les salariés, ils sont plutôt recrutés dans de petites entreprises. 

    Tendances de la profession

    Le métier de courtier en travaux est un métier récent et en plein essor qui offre de nombreuses perspectives de recrutement. 

    Qualités requises pour devenir Courtier en travaux

    Un courtier travaux doit évidemment posséder une appétence particulière pour le secteur du bâtiment et des connaissances techniques et juridiques liées à celui-ci. Une première expérience dedans peut être un véritable plus.

    Il doit également disposer d’un excellent relationnel et de vraies aptitudes à la négociation et à la vente. 

    Pour mener de front plusieurs projets en même temps, il doit faire preuve d’organisation, et de précision. 

    Formations pour devenir Courtier en travaux

    Pour devenir courtier travaux, le suivi d’une formation professionnelle n’est pas obligatoire car les courtiers en travaux ne bénéficient pas d'un statut juridique légal, et il n'existe pas non plus de formation spécialisée qui soit reconnue par l'Etat. 

    L’expérience est importante mais plusieurs solutions de formation s’offrent à vous permettant aisément une reconversion professionnelle en tant que courtier.

    En termes de formations :

    • Vous pouvez suivre une formation commercial de niveau bac +2  tel qu’un DUT techniques de commercialisation, BTS management des unités commerciales, BTS négociation relations clients, BTS technico-commercial;
    • Vous pouvez vous diriger vers la Fédération française du courtage en travaux qui dispense une formation initiale destinée aux courtiers indépendants et couvre à la fois les bases du métier, les détails des contrats, une présentation de l'univers du bâtiment et des études de cas sous l'angle juridique.
    • Vous pouvez opter pour le GNCTI (Groupement national des courtiers en travaux indépendants) qui dispense des formations de trois jours ou six jours et des formations complémentaires.
    • Le Centre national de formation des courtiers en travaux (CNFCT) propose aussi des formations : initiation au métier de courtier, manager d'agence, créateur d'entreprise, courtier indépendant.
    • Les franchiseurs proposent également leurs propres formations. 
    • Des centres indépendants offrent enfin des programmes de formation adaptés. 

    Évolutions possibles du Courtier en travaux

    Un courtier en travaux cherchera essentiellement à monter sa propre structure mais il peut aussi décider de revenir vers les cabinets d’administration de biens en responsable travaux, si son expertise technique est suffisante.

    Salaire du courtier travaux

    A son compte, la rémunération du courtier est variable car il perçoit un pourcentage sur le devis établi et signé par les clients. La somme perçue par le courtier correspond généralement à 10 ou 15% de la somme perçue par le professionnel. Sa rémunération évoluera entre 25K€ et 60K€ selon son degré d’expérience et sa volonté de s’installer à son compte.